Des lits seront ajoutés et non enlevés

Contrairement à ce que prétend le Syndicat des professionnelles en soins... (Photo d'archives)

Agrandir

Photo d'archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Contrairement à ce que prétend le Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires du Centre de santé Chicoutimi (FIQ), la réorganisation aux CHLSD Beaumanoir et de la Colline de Chicoutimi prévoit l'ajout de lits et permettra d'améliorer la qualité de vie des résidents.

La direction du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) a tenu à remettre les pendules à l'heure, au lendemain de la virulente sortie de la présidente syndicale, Martine Côté. Cette dernière, rappelons-le, a accusé l'organisation de faire des économies au détriment de la santé des patients et surtout des employés déjà à bout de souffle.

Plus de lits

Selon les plans du CIUSSS, le nombre de lits passera de 187 à 194 à la fin de cette opération. Il est vrai qu'au CHSLD Beaumanoir, plusieurs lits seront enlevés. C'est que sept chambres, qui sont actuellement partagées par deux personnes, deviendront des chambres individuelles, plus confortables pour les résidents. Ce qui est bien loin des prétentions de la présidente syndicale qui a laissé entendre qu'elle serait « inquiète » si elle avait un parent dans l'un de ces CHSLD, soutient le CIUSSS.

« Je comprends que Mme Côté entre en période de maraudage et d'élection. Mais ça ne lui permet pas de verser dans ce genre de commentaire. Car c'est complètement faux. On est très proche du discours démagogique », dénonce le porte-parole du CIUSSS, Jean-François Saint-Gelais.

Du côté du CHLSD de la Colline, une quinzaine de lits seront ajoutés. Les 15 lits actuellement réservés à des gens en « transition » seront redistribués à une ressource intermédiaire, laissant ainsi ces places aux gens en perte d'autonomie.

« Certaines personnes se retrouvent dans ces lits, car ils sont en attente d'une place pour un autre service. Leur place n'est pas dans un CHSLD. C'est pour cette raison que ces lits de transition seront désormais en ressource intermédiaire », précise M. Saint-Gelais.

La présidente syndicale a aussi déploré l'abolition de postes prévue dans cette réorganisation. En effet, huit postes d'infirmières seront supprimés. Des postes dont la majorité sont vacants, selon les dires de la direction du CIUSSS. Par ailleurs, des préposés aux bénéficiaires seront nouvellement embauchés pour le CHSLD de la Colline.

Postes vacants

« Les trois quarts des postes abolis sont actuellement vacants. C'est aussi pour ça qu'on profite de l'occasion. Les autres personnes touchées seront réaffectées. Mais personne ne va perdre son emploi. Et d'autres préposés aux bénéficiaires seront embauchés, ce qui permettra aux infirmières auxiliaires de jouer leur rôle plutôt que de faire des tâches de préposés », détaille M. Saint-Gelais.

Cette réorganisation permettra au CIUSSS d'économiser 250 000 $ par année.

Les familles et les résidents des CHSLD devraient recevoir l'information au cours des prochains jours sur cette réorganisation. La direction du CIUSSS promet de ne pas transférer de manière sauvage les gens. En fait, ceux qui voudront déménager dans le CHSLD de la Colline, dans le secteur nord de Chicoutimi, pourront même en faire la demande.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer