«Je n'accepte pas ça, c'est de la décadence», dit le maire Tremblay

Le maire de Saguenay Jean Tremblay.... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le maire de Saguenay Jean Tremblay.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Le maire de Saguenay est sans équivoque. Il n'y a aucune place pour les gens qui ont des activités à caractère sexuel sur les terrains publics dans le secteur de Saint-Jean-Vianney, pas plus qu'ailleurs dans la ville.

«Il y a longtemps que j'avais entendu parler de ça. Je pensais que c'était terminé», affirme le maire d'emblée, soulignant avoir été scandalisé par ce qu'il a vu lors d'un passage à vélo dans le secteur il y a plusieurs années.

«La Ville ne peut pas encourager ça. Je n'accepte pas ça, c'est de la décadence. Ce n'est certainement pas moi qui vais leur faire une place. S'il y a encore de telles activités dans le secteur, il faut arrêter ça. Ça n'a aucun sens», estime-t-il.

Maintenant que le sujet a refait surface, le maire promet d'agir.

«J'ai un message pour eux. Qu'ils se déplacent. Qu'ils s'en aillent en dehors de la ville. Parce que moi, je vais envoyer la police. Comptez sur moi, ils n'auront pas la vie facile. À Saguenay, on n'en veut pas de ça. La sexualité, ça se vit entre personnes consentantes dans l'intimité, pas sur les terrains publics. Saguenay, ce n'est pas un bordel.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer