Julie Dufour veut encadrer les activités sexuelles à Saint-Jean-Vianney

Pour la conseillère municipale Julie Dufour, on ne... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Pour la conseillère municipale Julie Dufour, on ne peut envisager un développement harmonieux du secteur de Saint-Jean-Vianney sans tenir compte du fait que certains utilisateurs s'y rendent pour y être à l'abri des regards indiscrets.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

La conseillère de Shipshaw, Julie Dufour, affirme que la présence de personnes qui s'adonnent à des activités à caractère sexuel dans le secteur de Saint-Jean-Vianney sera prise en compte dans le dossier de développement du secteur.

En entrevue à KYK Radio X pour parler des projets envisagés pour le secteur en journée, lundi, la conseillère municipale a affirmé qu'il faut « connaître les besoins, savoir pourquoi ils vont là et comment on fait pour encadrer ce genre de pratiques ».

Invitée à préciser sa pensée en entrevue téléphonique avec Le Quotidien, Julie Dufour a maintenu qu'elle n'avait pas l'intention d'ignorer la présence de cette catégorie d'utilisateurs du secteur. 

« On ne se met pas la tête dans le sable en se disant que ça va disparaître ou que ça n'existe pas. On veut trouver des solutions. On ne peut pas sortir de solutions quand on ne connaît pas le problème. Est-ce de la prostitution, est-ce un point de rencontre? Combien ils sont? »

Des consultations participatives réunissant une cinquantaine de personnes issues des milieux social, historique et récréatif se tiendront à la fin du mois de mars afin de mieux connaître la situation. 

La conseillère n'écarte pas complètement la possibilité que de telles activités ne soient pas empêchées.

« Ce n'est pas écarté, mais ce n'est pas la solution privilégiée, je ne pense pas. Est-ce possible d'encadrer pour que ce ne soit pas dérangeant? Il manque encore beaucoup d'informations pour le savoir. C'est pour ça qu'on fait une étude. Il faut prendre le temps de bien analyser la situation. C'est la première étape, ensuite, nous trouverons des solutions. Pour nous, la priorité, c'est la sécurité. C'est certain que ça n'intéresse personne de marcher avec ses enfants et de voir quelqu'un sortir du bois nu. D'un autre côté, si on utilise beaucoup de territoire, ces gens ne seront plus intéressés à s'y retrouver. Ils vont là pour ne pas se faire voir », affirme la conseillère qui est convaincue que Saint-Jean-Vianney deviendra un secteur attractif de la région.

« Saint-Jean-Vianney est tellement grand. Dans quelques années, ce sera un produit touristique d'appel régional où les gens pourront arriver le matin et faire différentes activités jusqu'au soir. C'est le seul espace en région qui offre autant de possibilités avec si peu de déplacements », estime celle qui entrevoit la réalisation de plusieurs projets dans le secteur.

Le maire de Saguenay Jean Tremblay.... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 2.0

Agrandir

Le maire de Saguenay Jean Tremblay.

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

«De la décadence»

Le maire de Saguenay est sans équivoque. Il n'y a aucune place pour les gens qui ont des activités à caractère sexuel sur les terrains publics dans le secteur de Saint-Jean-Vianney, pas plus qu'ailleurs dans la ville.

«Il y a longtemps que j'avais entendu parler de ça. Je pensais que c'était terminé», affirme le maire d'emblée, soulignant avoir été scandalisé par ce qu'il a vu lors d'un passage à vélo dans le secteur il y a plusieurs années.

«La Ville ne peut pas encourager ça. Je n'accepte pas ça, c'est de la décadence. Ce n'est certainement pas moi qui vais leur faire une place. S'il y a encore de telles activités dans le secteur, il faut arrêter ça. Ça n'a aucun sens», estime-t-il.

Maintenant que le sujet a refait surface, le maire promet d'agir.

«J'ai un message pour eux. Qu'ils se déplacent. Qu'ils s'en aillent en dehors de la ville. Parce que moi, je vais envoyer la police. Comptez sur moi, ils n'auront pas la vie facile. À Saguenay, on n'en veut pas de ça. La sexualité, ça se vit entre personnes consentantes dans l'intimité, pas sur les terrains publics. Saguenay, ce n'est pas un bordel.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer