Saint-Bruno veut plus de redevances pour les déchets

Le chemin d'accès a été construit et payé... (Photo Le Quotidien, Laura Lévesque)

Agrandir

Le chemin d'accès a été construit et payé par la RMR, mais il appartient à Saint-Bruno. La municipalité vient de céder ce tronçon pour 1 $ à l'organisation.

Photo Le Quotidien, Laura Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Le maire de Saint-Bruno persiste et signe. La Régie des matières résiduelles (RMR) du Lac-Saint-Jean doit revoir à la hausse les redevances versées à la municipalité et la population doit être mieux informée des impacts de l'arrivée des déchets de Saguenay au lieu d'enfouissement technique (LET) d'Hébertville-Station.

Dans une résolution adoptée par son conseil, Réjean Bouchard réclame l'embauche d'experts pour effectuer une mise à niveau des études environnementales et une réévaluation des redevances.

Le protocole d'entente signée en 2013 avec les municipalités touchées par le LET fixe les redevances à 1,50 $ la tonne pour Hébertville-Station et 1,25 $ la tonne pour Saint-Bruno. Larouche devrait quant à elle recevoir des versements à l'arrivée des déchets de Saguenay en 2017.

« Des experts seraient mieux à même d'évaluer objectivement ces éléments. Parfois, on peut être émotif dans ces dossiers. Des spécialistes indépendants pourraient évaluer et définir la valeur et l'équité de toutes retombées en termes de redevances et de compensation, et ce, en termes financiers et par le biais de projets de compensation environnementale », estime M. Bouchard.

Ce dernier rappelle que le projet original prévoyait la circulation d'une trentaine de véhicules par jour sur le territoire de Saint-Bruno. Avec Saguenay, le nombre de camions qui emprunteront le chemin d'accès de Saint-Bruno grimpera considérablement. C'est par ce même chemin, construit pour le dépotoir, que les gens se rendent à un nouveau secteur de villégiature, le lac Marco.

« Le nouveau projet va générer vraisemblablement 60 véhicules de plus par jour, et ce, avec un trafic de véhicules lourds provenant tant du nord que de l'est. Ça va fortement compromettre la poursuite du développement récréatif et extensif du secteur », ajoute le maire.

Le chemin d'accès a été construit et payé par la RMR, mais il appartient à Saint-Bruno. La municipalité vient de céder ce tronçon pour 1 $ à l'organisation « déchargeant ainsi la municipalité de Saint-Bruno de toute responsabilité civile », a fait savoir M. Bouchard, par voie de communiqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer