Rio Tinto: huit travailleurs congédiés pour fraude

La porte-parole régionale de Rio Tinto, Xuan-Lan Vu,... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

La porte-parole régionale de Rio Tinto, Xuan-Lan Vu, a expliqué au Quotidien que l'entreprise ne commentait jamais les dossiers personnels des employés, qu'il s'agisse d'employés-cadres ou syndiqués.

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La société Rio Tinto a procédé au congédiement officiel de huit travailleurs dans le cadre du suivi de l'enquête sur les relations entre l'ex-fournisseur Services industriels HPL et certains employés-cadres et syndiqués.

Le Syndicat des travailleurs d'Énergie électrique nord (STEEN), affilié au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), a vu trois de ses membres congédiés dans le cadre de cette enquête. Ces congédiements ont été signifiés au syndicat il y a une dizaine de jours.

Le président du STEEN-SCFP, Patrice Girard, a confirmé au Quotidien que cette affaire de congédiement allait être présentée aux travailleurs lors d'une assemblée générale qui aura lieu le 17 mars.

Ce dernier est demeuré très prudent quant aux raisons invoquées par l'employeur pour en arriver à cette mesure ultime.

«Tout ce que nous pouvons dire, c'est que nous allons déployer tous les efforts nécessaires pour défendre nos collègues de travail. J'ai assisté aux rencontres entre les représentants de l'employeur et nos membres», s'est contenté de dire le président du STEEN.

Des membres du Syndicat des travailleurs de l'aluminium d'Alma, affilié aux Métallos, sont également du nombre des employés congédiés dans le cadre de cette affaire. Au moins quatre membres de ce syndicat ont reçu une sanction de congédiement au cours des derniers jours. Le huitième employé congédié était également de l'Usine Alma, mais avait été transféré à Shipshaw.

«La politique du syndicat est toujours la même. Nous ne commentons jamais publiquement les dossiers disciplinaires ou de congédiement de nos membres», a répondu Alexandre Fréchette malgré l'insistance du Quotidien. Il n'a pas été plus bavard quant au contenu de la prochaine assemblée générale.

La porte-parole régionale de Rio Tinto, Xuan-Lan Vu, a expliqué au Quotidien que l'entreprise ne commentait jamais les dossiers personnels des employés, qu'il s'agisse d'employés-cadres ou syndiqués.

Toute cette enquête concerne les relations entre des employés-cadres et syndiqués d'Alcan et le fournisseur Services industriels HPL. Certains employés de l'entreprise ont bénéficié d'avantages personnels découlant des relations d'affaires entre le fournisseur et Rio Tinto.

Ces avantages allaient à l'encontre des politiques de l'entreprise quant à la gestion des contrats avec les fournisseurs. Au moins quatre cadres ont été visés par cette affaire et ne sont plus à l'emploi de Rio Tinto.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer