Le toit des Brasseurs de L'Anse s'effondre

C'est la partie centrale du toit qui s'est... ((Photo Le Quotidien, Denis Villeneuve))

Agrandir

C'est la partie centrale du toit qui s'est effondrée.

(Photo Le Quotidien, Denis Villeneuve)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

L'immeuble abritant la microbrasserie Les Brasseurs de L'Anse, situé au 182 route 170 à L'Anse-Saint-Jean, a subi de lourds dommages, vers 3h, dans la nuit de mercredi à jeudi. Une partie de la toiture s'est effondrée sous le poids de la neige et de la pluie tombées dans les heures précédentes.

Selon les informations recueillies jeudi matin, les pompiers anjeannois ont été dépêchés sur place à la suite du déclenchement de l'alarme de vol et incendie. Très rapidement, ils ont constaté les dégâts causés par l'effondrement, principalement dans la partie où sont situées les cuves de fermentation. Martine Houde, adjointe administrative, était en poste à la réception en compagnie du brasseur Frank Boivin. Après s'être assurés qu'il n'y avait aucun risque de déclenchement d'un feu, les pompiers ont quitté les lieux.

Selon les constats effectués, environ 13 fermes de la toiture de tôle ont cédé alors qu'une couche de neige de trois à quatre pieds était accumulée sur le versant nord-ouest de l'immeuble. Une visite effectuée à l'intérieur nous permet d'affirmer que l'effondrement, s'il était survenu pendant les heures de production, aurait pu causer des blessures très importantes ou le décès de membres du personnel sur place.

« La production est interrompue. Normalement, une dizaine de travailleurs sont en poste. On est en attente pour savoir ce qui va se passer », a déclaré Mme Houde. Aucun inspecteur de la Régie du bâtiment du Québec n'était sur place au moment de notre passage pour s'assurer que l'immeuble ne soit plus accessible au public. « On craint un peu de demeurer ici. Un entrepreneur est venu voir et nous a dit qu'il y avait moins de danger de ce côté-ci parce qu'il y a moins de neige. Il va falloir sécuriser les lieux », a admis la dame. Porte-parole régional de la Régie du bâtiment, Sylvain Larocque explique que ce bâtiment industriel n'est pas assujetti au Code.

L'édifice a été construit en 1995.

CNESST

Du côté de la Commission des normes, de l'Équité, de la Santé et de la Sécurité du travail, le porte-parole, Frédéric Potvin, a mentionné en fin d'après-midi que des interventions ont été effectuées par téléphone pour s'assurer que les employés réguliers affectés à la production n'aient pas accès à la zone sinistrée, ce qui ne touche pas, selon lui, l'accès aux bureaux de la partie avant. « Un inspecteur a été désigné pour intervenir en vue des travaux de restauration à réaliser », a indiqué M. Potvin.

Du côté de la direction de Brasseurs RJ, le patron Philippe Jaar n'a pas retourné nos appels.

Soulignons que la microbrasserie anjeannoise produit chaque semaine 200 barils de bière en fût sous l'étiquette La Tremblay en plus d'abriter le centre de distribution de RJ pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer