La MRC dit non au projet de Desbiens

La préfète de la MRC Doamine-du-Roy Ghislaine Hudon... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

La préfète de la MRC Doamine-du-Roy Ghislaine Hudon

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

La MRC du Domaine-du-Roy est contre l'annexion d'une partie du territoire de Chambord par Desbiens. Par contre, trois élus se sont opposés à cette position.

Une résolution a été adoptée, avec division, mardi soir, lors de l'assemblée publique. Une division qui attriste le maire de Chambord, Gérard Savard. « Je suis très déçu que des personnes se soient opposées. Je pense que ça crée une division inutile. Ça donne moins de force à la résolution. Par contre, je suis très heureux de la position de la majorité des élus. Cette résolution va s'ajouter aux arguments contre l'annexion », a-t-il commenté.

Le maire de Roberval Guy Larouche, le maire de La Doré Jacques Asselin et le conseiller de Roberval Marcel Lachance ont voté contre. « Même s'il y a un impact monétaire pour la MRC, je me vois mal voter à l'encontre d'une volonté citoyenne. Aussi, je milite pour le regroupement volontaire entre municipalités », a exprimé Guy Larouche comme argumentation. 

Gérard Savard ne comprend pas cette position du maire Larouche. Il pense que les citoyens de Chambord vont mal le prendre et pourrait revoir leurs habitudes d'achat.

« Moi, je trouve que ce n'est pas la bonne solution. Il est essentiel que des citoyens aient accès à l'eau et aux égouts », a affiché comme dissidence le maire de La Doré, Jacques Asselin.

La préfète Ghislaine Hudon a rappelé que ce sont les fonctionnaires qui vont décider dans cette histoire. Elle considère que les demandes de Desbiens sont exagérées. « Je vois mal comment le ministère va permettre un prolongement de réseau d'aqueduc de Desbiens alors que le schéma d'aménagement ne le permet pas à Chambord. Pourquoi une autre municipalité pourrait-elle le faire? », soulève-t-elle comme question. 

Mme Hudon pense qu'un morcellement de Chambord fragiliserait la localité.

Pertes importantes

Selon l'analyse faite par les fonctionnaires, la MRC subirait des pertes importantes si le territoire de Chambord était amputé de 25 kilomètres carrés. Ce qui représenterait une réduction de 15 % de sa richesse foncière. 

Une partie du territoire visé touche le secteur de l'usine fermée de Lactel. Or, la MRC estime qu'il s'agit d'un site à fort potentiel économique. On pense y attirer de nouvelles industries. D'ailleurs, Métaux Blackrock lorgne cet emplacement pour l'implantation d'une usine de transformation de fer.  

Aussi, ce projet d'annexion pourrait avoir des conséquences sur le partage des redevances dans l'éventualité de l'aménagement d'une minicentrale à la chute Martine sur la rivière Métabetchouan. Aussi, chaque municipalité de la MRC subirait des pertes monétaires à la suite de l'annexion, car leur quote-part à la MRC augmenterait.

Finalement, la MRC refuse de perdre son intégrité territoriale dont une portion se retrouve en bordure du lac Saint-Jean. De plus, on considère inquiétant d'isoler la municipalité de Saint-André qui se retrouverait sans lien routier asphalté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer