Francyne T. Gobeil remporte l'investiture du PLQ

Francyne T. Gobeil représentera le Parti libéral du... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Francyne T. Gobeil représentera le Parti libéral du Québec lors de l'élection partielle dans la circonscription de Chicoutimi.

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Francyne T. Gobeil représentera le Parti libéral du Québec lors de l'élection partielle dans la circonscription de Chicoutimi. La dame, qui a obtenu la confiance de la majorité des 300 membres présents à l'investiture qui se tenait dimanche, à l'hôtel Le Montagnais, tentera de ravir le comté qui échappe aux libéraux depuis 1935. Son rival, Serge Bergeron, n'a pas hésité à se ranger derrière la candidate.

L'investiture libérale débutait à 13h, dimanche. Environ 300 libéraux s'étaient réunis et quelques députés et ministres avaient également pris la peine de se déplacer, dont les ministres Gaétan Barrette et Jean D'Amour.

Les deux candidats, Francyne T. Gobeil et Serge Bergeron, se sont d'abord adressés aux militants, faisant état de leur feuille de route et affirmant que leur priorité était de servir les citoyens de Chicoutimi. Serge Bergeron a surtout parlé d'éducation, lui qui a oeuvré comme directeur d'école à Montréal et ensuite comme directeur de la Commission scolaire du Pays-des-Bleuets.

Après un vote qui aura duré plus d'une heure, le résultat est finalement tombé un peu avant 15h30. Les deux candidats s'étaient entendus pour que les chiffres ne soient pas divulgués, mais la majorité des membres ont accordé leur confiance à celle qui a été chef de cabinet et attachée politique du maire de Saguenay Jean Tremblay durant de nombreuses années. Elle a chaudement été applaudie par les militants, lors de l'annonce du résultat.

«C'est un grand honneur pour moi d'être la candidate libérale. Je peux vous dire que si je suis élue, je vais suivre mes dossiers et faire rayonner le comté. On se donne rendez-vous à l'élection, même si on ne sait pas encore c'est quand!», a lancé la dame, en montant sur scène.

En effet, la date du jour du scrutin n'est toujours pas connue. Le gouvernement a jusqu'au 22 avril pour déclencher les élections.

Visiblement, la dame, qui se lance pour une première fois en politique provinciale, était visiblement émue en s'adressant à la foule. «C'est quelque chose. Disons que je me rends compte que ce sera gros», a affirmé la dame, lors de la mêlée de presse qui a suivi l'annonce du résultat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer