CPE: les coupes de nouveau dénoncées

Les représentants syndicaux Karo-Lyne Gauthier, Nathalie Reid, Engelbert... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Les représentants syndicaux Karo-Lyne Gauthier, Nathalie Reid, Engelbert Cottenoir (président régional de la CSN), Gaston Langevin et Nathalie Duperré dénoncent les coupes dans les services de garde.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Remplacer les légumes frais et le fromage par des légumes en canne et des galettes de riz. Rogner sur l'entretien sanitaire et à la désinfection. Réduire le nombre d'heures consacrées à l'accompagnement d'enfants aux besoins spécifiques.

Les dernières politiques du gouvernement libéral font mal aux services de garde éducatifs. Les représentants syndicaux ont une fois de plus dénoncé les coupes, vendredi, en plus de lancer la campagne «Un réseau qui fait grandir!». Une campagne nationale menée par la CSN et qui a pour but de sensibiliser les parents et la population, mais aussi de convaincre le gouvernement à réinvestir dans ce service.

«Depuis des années, le réseau des services de garde à 5$, puis à 7$, est mis à rude épreuve. C'est encore plus vrai aujourd'hui en raison des politiques d'austérité du gouvernement libéral alors qu'il a imposé sans débat des hausses tarifaires sans précédent», déplore Natahlie Duperré, présidente du Syndicat des travailleuses des CPE.

«Oui, on réussit encore à remplir le bedon des jeunes. Mais on ne comble pas tous les besoins. Et en réduisant les heures dédiées à la désinfection, on va voir les microbes augmenter», prévient-elle.

Présidente du Syndicat du soutien technique de la Commission scolaire du Lac-Saint-Jean (CSN), Karo-Lyne Gauthier a également dénoncé publiquement les décisions du gouvernement libéral.

«Assez, c'est assez! Ce gouvernement a des comptes à rendre, ajoutent-elles. Nous allons nous battre pour que soient rétablis les principes d'équité qui ont été à la base des services de garde éducatifs à contribution réduite.»

À l'aube du dépôt du budget québécois, la CSN veut exercer le maximum de pression sur le gouvernement Couillard. L'organisation syndicale compte amasser près de 100 000 signatures avant le 17 mars prochain. Dans la région, un objectif de 10 000 noms est visé. Plusieurs kiosques seront installés dans des événements et devant les CPE au cours des prochains jours pour récolter ces signatures.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer