Un projet de parc au sud du lac Kénogami

Sur les cartes du ministère, on peut apercevoir... (Photo courtoisie)

Agrandir

Sur les cartes du ministère, on peut apercevoir les territoires projetés par la MRC du Fjord-du-Saguenay et par la ville de Saguenay pour devenir des parcs.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les entreprises de sciage du Saguenay ont appris, en consultant les cartes de la planification annuelle du ministère des Forêts, qu'un nouveau parc de pratiquement 275 kilomètres carrés était projeté au sud du lac Kénogami, dans des forêts mixtes où ils avaient la possibilité de faire des récoltes en réduisant les coûts de production en raison de la proximité des sites.

Ce territoire de coupe, situé au sud du... (Archives Le Quotidien, Normand Boivin) - image 1.0

Agrandir

Ce territoire de coupe, situé au sud du lac Kénogami en face de Pibrac, est visé par un projet de parc. Les exploitants forestiers sont inquiets de perdre leurs droits de coupe.

Archives Le Quotidien, Normand Boivin

L'idée de parc a été lancée au milieu des années 1990 et a été intégrée dans les projets de développement de la MRC du Fjord-du-Saguenay. Elle a été poussée par les associations de villégiateurs et autres groupes qui voulaient mettre un terme aux opérations forestières dans cette zone. Il a même été question pendant un temps de créer une aire protégée dans ce secteur.

«Ça va devenir difficile d'entrer dans les forêts pour la récolte», a déclaré au Quotidien Jean-Pierre Girard, de la Scierie Girard. Ce dernier note qu'au rythme où vont les choses, on va créer des parcs et fermer des usines au moment où l'industrie du bois d'oeuvre profite d'une amélioration du marché qui lui permet de se relever de la dernière crise qui a duré 10 ans.

Au cours d'un entretien téléphonique, le préfet de la MRC du Fjord, Gérald Savard, a déclaré qu'il n'avait pas été informé par le ministère des Forêts que les spécifications territoriales du parc projeté, qui a fait l'objet d'une présentation à la MRC au cours des dernières semaines, allaient se retrouver sur les cartes officielles. Le préfet rappelle qu'il s'agit d'un projet dans les cartons de la MRC depuis plusieurs années et dont l'objectif est de procéder à des aménagements comme le sentier pédestre qui permet de parcourir la rive sud du plan d'eau avec des passerelles sur les rivières et des refuges.

«La MRC a opté pour la création d'un parc régional qui nous donne une plus grande marge de manoeuvre. Il y a des spécifications pour protéger le corridor visuel sur la rive sud du lac Kénogami, mais il n'est pas question d'interdire ou de limiter l'exploitation forestière pour la partie située au sud du corridor visuel. La MRC ne souhaitait pas la création d'une aire protégée», a expliqué le préfet Savard qui indique que la création de ce parc, même si elle progresse, ne se fera pas avant quelques années.

Le préfet de la MRC a rappelé qu'au cours des dernières années, les opérations forestières réalisées dans ce secteur avaient été faites en tenant compte de certaines particularités, dont la protection des corridors visuels. Il est conscient que les propriétaires de chalets et résidences du lac Kénogami sont très prompts à réagir lorsque le ministère des Forêts accorde des permis de coupe dans toute cette zone située sur le plateau derrière le contrefort du lac Kénogami.

En optant pour un parc régional, la MRC choisit une solution différente de celle de la ville de Saguenay. La ville a identifié sur la frontière est, qui sépare les terres de la MRC de son territoire, un grand territoire qui deviendra une aire protégée ou un parc dans le secteur Simoncouche. Le territoire en question est situé juste à l'est du lac Kénogami, et se poursuit de l'autre côté de la 175, également en direction est, et couvre de 50 à 60 kilomètres carrés, ce qui comprend le secteur forestier de l'Université du Québec à Chicoutimi.

Le territoire situé dans les limites géographiques de Saguenay a également été identifié sur les cartes du ministère. Il n'a toutefois pas été possible de savoir si les détenteurs de garanties d'approvisionnement pour ces zones allaient devoir se tourner vers d'autres secteurs pour la récolte forestière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer