Matières résiduelles: la RMR nomme huit commissaires

La commission sera présidée par Tommy Tremblay du... (Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

La commission sera présidée par Tommy Tremblay du Conseil régional de l'environnement et du développement durable (CREDD).

Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

La Régie des matières résiduelles (RMR) du Lac-Saint-Jean vient de nommer les huit commissaires devant diriger les consultations publiques portant sur son Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) révisé et qui se tiendront du 8 au 10 mars. Ce plan, rappelons-le, sera marqué par l'obligation de gérer les déchets organiques d'ici 2020. C'est d'ailleurs à la suite de ces consultations que la RMR déterminera le moyen de collecte et la technologie qui servira à valoriser les matières putrescibles.

L'homme d'affaires Martin Néron, le président de Coderr, Patrice Gobeil, Martin Gilbert de l'UPA, Luc Simard de la Société de gestion environnementale (SGE), la mairesse d'Hébertville, Doris Lavoie, le maire de Sainte-Jeanne d'Arc, Yvan Pilote, et le conseiller municipal de Lac-Bouchette, Sébastien Girard, siégeront sur cette commission indépendante, présidée par Tommy Tremblay du Conseil régional de l'environnement et du développement durable (CREDD). Ces derniers devront écouter les idées ou les craintes des citoyens, lesquels feront ensuite l'objet d'un rapport comprenant des recommandations qui sera remis à la RMR.

«C'est la RMR qui nomme les gens. Mais dès que la commission est formée, elle doit faire preuve d'indépendance. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'aucun élu siégeant à la RMR n'a été choisi pour remplir ce rôle», précise Tommy Tremblay.

Les commissaires agissent à titre de bénévoles. Le CREDD a été mandaté pour accompagner la commission dans les tâches plus administratives.

À la demande de plusieurs intervenants, la RMR a quant à elle décidé d'allonger la période d'envoi de mémoires. Les gens ont jusqu'au 18 mars pour déposer leur document. Ils seront lus et analysés, même si les consultations sont terminées.

«Jusqu'à maintenant, on a reçu quelques mémoires. Les entreprises sont également invitées à en déposer. Ça peut être une opportunité pour celles qui veulent offrir leurs services, notamment dans la gestion des matières putrescibles», lance Tommy Tremblay.

Saguenay devra également déposer son Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) révisé avant la fin de l'année 2016. Des consultations sont prévues à la fin du mois de mars. La commission sera formée au cours de la prochaine semaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer