Chambre de la sécurité financière: importante planification

La présidente et chef de la direction de... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

La présidente et chef de la direction de la Chambre de la sécurité financière du Québec, Marie Elaine Farley, était de passage dans la région dans les dernières heures. Elle a mis l'accent sur l'importance pour les individus d'avoir accès à des conseillers financiers bien formés et surtout à l'écoute des besoins de la clientèle pour une prise en main des finances personnelles.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La planification financière à long terme revêt de plus en plus d'importance dans la vie des gens au moment où l'État démontre des signes de désengagement. Les conseillers financiers ont donc l'obligation de guider les clients dans un dédale de produits bien souvent indigestes pour le commun des mortels.

La nouvelle présidente et chef de la direction de la Chambre de la sécurité financière du Québec (CSFQ) en poste depuis novembre dernier, Marie Elaine Farley, était de passage dans la région, hier. Le message de l'organisme, qui doit encadrer le travail des conseillers et sensibiliser les citoyens à l'importance de prendre leurs finances personnelles en main.

En même temps, enchaîne Marie Elaine Farley, la planification financière à long terme n'est pas une mince affaire. Elle nécessite des connaissances spécifiques par rapport aux produits offerts sur le marché.

«Les gens sont de plus en plus préoccupés par leur retraite avec ce que les gouvernements laissent entendre. Le rôle du conseiller financier est avant tout de prodiguer les meilleurs conseils qui répondent à leur situation. Personne ne va nous organiser et on sait que ce n'est pas toujours facile de parler de finance. Au même titre qu'un médecin qui s'occupe de votre santé, c'est rassurant d'avoir un conseiller financier en qui on fait confiance pour s'occuper de notre santé financière», reprend Mme Farley.

En plus d'encadrer le travail des courtiers en matière disciplinaire, la chambre offre de la formation régulièrement à ses membres afin qu'ils puissent répondre adéquatement aux besoins des clients. La Chambre peut de cette façon garantir la sécurité du public en s'assurant que ceux et celles qui dispensent les services de planification financière puissent offrir des services de qualité.

les bonnes questions

«Le conseiller doit dans un premier temps bien connaître son client. Il doit s'assurer de bien connaître la tolérance au risque de la personne devant lui. C'est bien connu, les rendements sont associés au risque. Aussi, quand une offre est trop belle pour être vraie, c'est possiblement qu'elle n'est pas vraie.»

La présidente et chef de la direction invite les gens à ne pas se gêner et à poser des questions à leur conseiller financier quand ils ne comprennent pas une situation: «Les gens ne doivent pas hésiter à poser des questions. C'est compliqué pour tout le monde les finances personnelles.»

La visite survient au moment où le comité de discipline de la Chambre doit statuer sur le cas de Steeve Duchesne, ce conseiller en assurance et rentes collectives qui se serait accaparé de sommes de ses clients sous de fausses représentations.

«La Chambre de la sécurité financière encadre 32 000 conseillers au Québec, dont 1000 dans la région. Elle reçoit en moyenne 60 plaintes par année pour les 32 000 conseillers et les cas de fraude sont très rares. Mais un seul cas de fraude est un cas de trop», insiste la patronne de la Chambre. Ces événements ont des impacts majeurs pour le client et la profession, ajoute-t-elle.

Le meilleur moyen pour les épargnants de se protéger contre les fraudeurs est de toujours poser des questions. Ils peuvent également contacter la CSFQ quand ils ont des doutes sur une situation.

La présidente et chef de la direction de la Chambre a rappelé en terminant que les personnes qui avaient recours aux services d'un conseiller financier sur une longue période parvenaient à accumuler un patrimoine plus important que celles qui n'ont pas recours à ce service spécialisé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer