Alumineries de Jonquière et Alma

RTA n'est pas disposée à investir dans de nouvelles phases

Étienne Jacques... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Étienne Jacques

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les conditions de marché dans le secteur de l'aluminium sont toujours difficiles et ne justifient pas le lancement de grands projets d'aluminerie, même advenant une participation financière du gouvernement du Québec.

François Legault... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)) - image 1.0

Agrandir

François Legault

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

La division aluminium de la société Rio Tinto a tenu à faire certaines précisions au lendemain d'une rencontre entre le chef de l'exploitation métal primaire pour l'Amérique du Nord et Europe, Étienne Jacques, et celui de la Coalition Avenir Québec François Legault. En termes polis, malgré l'optimiste du politicien, Rio Tinto adopte la ligne de la prudence face aux incertitudes du marché.

« Les conditions de marché de l'aluminium sont toujours très difficiles. Le prix de l'aluminium est de 1500 $ la tonne et était à 1400 $ il y a quelques semaines. Les éléments soulevés par Jean Simard sont toujours les mêmes en ce qui concerne les perspectives de marché », indique la porte-parole régionale Xuan-Lan Vu.

Celle-ci a rappelé que les rencontres entre Rio Tinto et les dirigeants politiques sont fréquentes. Elle ajoute que le gouvernement du Québec a entre les mains les principaux enjeux de l'entreprise et en assure le suivi régulièrement.

En ce qui concerne le sujet de la rencontre entre Étienne Jacques et Hydro-Québec dont fait état le chef caquiste dans sa déclaration, la multinationale préfère ne pas révéler la teneur des discussions. Ce sont, selon la porte-parole, des rencontres privées.

Dans sa déclaration, François Legault a indiqué que M. Jacques s'était dit prêt à prendre des engagements pour 225 emplois supplémentaires advenant une entente avec le gouvernement du Québec sur une participation financière de l'État. Rio Tinto ne voit pas les choses de la même façon et la porte-parole a rappelé que de ce côté, l'entreprise préférait se donner de la souplesse.

Rio Tinto n'a visiblement pas l'intention de négocier sur la base de garantir des emplois supplémentaires dans le cadre de ses investissements futurs.

Le chef de la CAQ a complété une tournée régionale de deux jours dans la région mardi. Il a profité de sa rencontre avec Étienne Jacques pour attaquer la crédibilité du premier ministre Philippe Couillard en matière de développement économique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer