Des militaires s'envolent en Roumanie

Une trentaine de militaires de la Base des... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Une trentaine de militaires de la Base des forces canadiennes (BFC) de Bagotville se sont envolés pour la Roumanie mardi dans le cadre de l'exercice Resilient Resolve.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Un premier groupe d'une trentaine de militaires de la Base des forces canadiennes (BFC) de Bagotville s'est envolé pour la Roumanie mardi. Le contingent prendra part à Resilient Resolve, un exercice bilatéral qui permet de s'entraîner à se déployer de façon expéditionnaire et d'en apprendre davantage sur cette région du monde.

Le Colonel Darcy Molstad, Commandant de la 3e... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 3.0

Agrandir

Le Colonel Darcy Molstad, Commandant de la 3e Escadre et de la Base des forces canadiennes de Bagotville, pose en compagnie du lieutenant-colonel David Turenne, Commandant de l'escadron 425 qui agira à titre de commandant des forces aériennes en Roumanie.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Au total, près d'une centaine de militaires, dont la grande majorité provient de la 3e Escadre de Bagotville, et quatre avions de chasse CF-18, participent à l'exercice qui permettra de renforcer les liens entre l'Aviation royale canadienne et la Force aérienne roumaine. L'exercice durera 30 jours. 

«Pour nous, c'est une autre occasion de s'entraîner et de garder nos compétences. C'est un exercice bilatéral qui permet d'exercer les procédures pour se déployer rapidement», affirme le colonel Darcy Molstad, commandant de la 3e Escadre et de la Base des forces canadiennes de Bagotville. 

Le 20 février dernier, un groupe de reconnaissance de 14 personnes a été envoyé à Constanta en Roumanie. Le groupe avait pour mandat d'assurer la logistique associée au déploiement. La moitié du groupe est revenue les 26 et 27 février. L'autre moitié est toujours sur place afin de préparer l'arrivée des militaires. 

Mardi, un groupe de 30 militaires s'est envolé à son tour pour préparer l'arrivée des avions.

Un autre contingent suivra à la fin de la semaine. 

Quatre appareils actuellement au Koweït arriveront en Roumanie le 7 mars afin d'amorcer le travail le 8 mars. 

«Les appareils sont tout près. Ç'a du sens de les envoyer», estime le colonel Molstad. 

Ce dernier affirme que l'exercice n'a toutefois aucun lien avec l'opération Réassurance. «Ce n'est pas du tout lié. Cette fois, on parle d'une opération bilatérale avec la Roumanie. L'exercice permettra d'augmenter notre connaissance de la région.»

Le colonel estime que l'exercice bénéficiera autant aux militaires canadiens que roumains. La Roumanie utilisera bientôt des appareils semblables à ceux utilisés par la Base de Bagotville. 

«C'est une très bonne occasion de partager comment on opère des avions polyvalents comme les nôtres. D'un autre côté, c'est bon pour nous d'apprendre comment eux fonctionnent sur le terrain et de connaître le secteur.»

Tous les militaires déployés seront de retour dans leur unité d'appartenance au début du mois d'avril. 

Environ 70 d'entre eux sont membres de la 3e escadre, les autres proviennent de la 2e escadre ou des bases de North Bay, Trenton et Cold Lake.

Prêts pour l'action

À quelques minutes de leur départ, mardi matin, les militaires étaient fin prêts.

Le sous-lieutenant Jean-Christophe Marois se préparait à vivre son premier exercice en sol étranger. «Je suis un peu nerveux, mais je suis prêt. C'est plutôt la nervosité de la première fois.»

Le jeune homme agira à titre d'adjoint de l'officier logistique sur le terrain. «Pour moi, c'est du développement professionnel. Une formation pour être prêt quand ce sera mon tour.»

Le caporal-chef Luc Gauthier, technicien en système informatique, a déjà participé à une mission en Bosnie en 2002. Si cette fois il s'agit d'un exercice, il assure que la préparation reste la même. «L'idée c'est d'être dans le même état que si c'était une mission. Un exercice pourrait devenir une mission. Il faut partir dans le même état d'esprit», explique-t-il.

La caporale Karolanne Jobin et sa collègue, l'aviateur Mélissa Pageau, toutes deux techniciennes en approvisionnement, en sont à leur premier déploiement outre-mer. «On ressent du stress, mais c'est un stress positif», affirme Karolanne Jobin. Les deux militaires seront sur place pour soutenir les techniciens avioniques. «Pour nous, c'est une corde de plus à notre arc. C'est bien de vivre notre métier en dehors des bâtiments de Bagotville», estime Mélissa Pageau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer