Partielles: Russel-Aurore Bouchard n'est pas dans la course

L'historienne Russel-Aurore Bouchard... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

L'historienne Russel-Aurore Bouchard

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

L'historienne Russel-Aurore Bouchard ferme la porte à la politique, du moins pour le moment. Celle qui a songé à se présenter aux élections provinciales partielles dans Chicoutimi a confirmé mardi, sur sa page Facebook, qu'elle ne déposera pas sa candidature.

«Il y a à peine un mois, j'ai entrouvert la porte qui débouche sur le marais de la politique active, et ce qui en est de suite ressorti m'a semblé d'un goût amer», a écrit Mme Bouchard.

«Cet univers n'est pas le mien! J'aurais aimé changer toutes ces choses qui me déplaisent et j'aurais voulu nous parler d'honneur, de courage, d'abnégation et de vérité toute simple. Mais l'expérience que je retire de mes 67 années d'existence bien sonnées me force de ne jamais oublier qu'en politique, la seule éthique possible est celle des apparences. Les sourires en grimace, les courbettes, les faux-fuyants et les poignées de mains mollassonnes, ce n'est vraiment pas fait pour moi. Ma liberté m'a coûté trop cher pour que je la largue à si vil prix», exprime l'historienne.

Russel-Aurore Bouchard continuera toutefois de militer pour différentes causes et dénoncer publiquement certains enjeux, dont le registre des armes à feu.

«J'ai déjà écrit quelque part que la base de tout pouvoir, qu'il soit politique, militaire, policier ou autre, c'est de réussir à faire croire au peuple qu'il est totalement impuissant face à lui (le pouvoir). Dans cette détestable perspective, je reviens donc à l'idée que la seule manière de changer positivement l'ordre des choses qui nous étrangle se trouve dans le refus de participer à notre propre déchéance et dans la contestation.»

«À ceux et celles qui nourrissent une telle ambition, je dis tant pis pour vous! Vous l'aurez bien mérité», peut-on également lire sur sa page Facebook.

L'annonce a d'ailleurs suscité plusieurs réactions sur ce réseau social. Des dizaines d'internautes se sont dits déçus de la décision de l'historienne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer