CLD Domaine-du-Roy: s'ajuster au milieu

Lucien Boivin, maire de Saint-Prime, et Jean Simard,... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Lucien Boivin, maire de Saint-Prime, et Jean Simard, directeur général du CLD Domaine-du-Roy, sont fiers de la consultation effectuée auprès de la communauté d'affaires, une première en 18 ans.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Maintenant que la tempête touchant la réorganisation des Centres locaux de développement (CLD) est chose du passé, la direction du CLD Domaine-du-Roy ajuste son offre de services en fonction des besoins des entrepreneurs.

Le maire de Saint-Prime, Lucien Boivin, accompagné du directeur général du CLD, Jean Simard, a tenu à promouvoir ce nouveau leitmotiv à la suite de la tenue, le 25 février, d'une vaste consultation effectuée auprès d'une cinquantaine d'entrepreneurs de la MRC.

M. Boivin rappelle que les élus ont choisi dans la dernière année de conserver un CLD autonome qui ne serait pas rattaché à la MRC. «À la suite de cette décision, on a voulu effectuer une réflexion qui s'est appelée "Consultation PME 2016" portant sur la meilleure façon d'aider nos entrepreneurs. On a donc invité 250 d'entre eux à nous faire connaître leurs besoins, pour voir comment ils voient le développement économique, les outils qui leur sont nécessaires, l'accompagnement, etc. Une cinquantaine ont répondu à l'invitation», précise M. Simard.

Parmi les priorités, la communauté d'affaires souhaite que le CLD travaille sur la rétention et la croissance des entreprises existantes plutôt que de tenter d'attirer des entreprises établies à l'extérieur, ce qui est logique, selon M. Simard, quand on sait que 80% des nouveaux emplois créés le sont par des entreprises existantes.

Une autre priorité vise l'accompagnement des entrepreneurs non pas uniquement à la première année de la création d'une entreprise, mais aussi à la deuxième année alors que le support et l'accompagnement se font déjà moins présents. La création d'une vigile afin d'intervenir de façon ponctuelle lorsque des difficultés se présentent ainsi que la fréquentation sous forme de rencontres avec des gens d'affaires qui ont connu du succès constitue une autre mesure d'aide. «On peut donner l'exemple de la Ferme Taillon qui est devenue au fil des années une ferme robotisée alors que les propriétaires à l'époque possédaient une ferme traditionnelle. Il a fallu qu'ils s'acclimatent. Notre intention est de faire du réseautage.»

Le CLD devra également adopter une approche plus simple auprès des entrepreneurs versus le financement et la gestion du risque afin de sécuriser davantage les entrepreneurs, affirme M. Boivin.

Chroniqueur et journaliste au journal Les Affaires, René Vézina a prononcé une conférence portant sur les forces du milieu jeannois avec sa qualité de vie, son développement touristique et l'apport économique du secteur agroalimentaire.

«Il existe actuellement un ralentissement pour le développement du nord, mais ce qu'on se fait dire, c'est qu'il faut être prêt lorsque la reprise se fera sentir. Ce qui fera la force des MRC, ce sera l'unification des forces. Il faut prendre conscience qu'on assiste à une restructuration de notre économie», affirme M. Boivin, qui estime que cet objectif doit être atteint en dépit de la réduction du budget. Sept conseillers en développement sont encore à l'oeuvre au CLD qui dessert 29 000 habitants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer