François Legault veut supporter le secteur manufacturier

Le chef de la CAQ François Legault était... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Le chef de la CAQ François Legault était de passage au Cercle de presse du Saguenay, lundi matin, en compagnie du député de Nicolat-Bécancourt, Donald Martel, pour présenter sa vision économique du développement des régions. Le chef caquiste passe deux jours au Saguenay en prévision de l'élection partielle dans Chicoutimi.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, va proposer la mise sur pied d'un fonds de développement manufacturier de 5 milliards$ afin de supporter l'économie québécoise qui ne cesse de péricliter sous le régime libéral et plus particulièrement au Saguenay-Lac-Saint-Jean où 1500 emplois ont disparu au cours de la dernière année.

De passage au Cercle de presse du Saguenay, lundi, le chef caquiste en a profité pour critiquer sévèrement la performance économique du gouvernement libéral de Philippe Couillard. Selon M. Legault, depuis deux ans, le député de Roberval n'a démontré aucun intérêt pour l'économie et n'a aucun plan pour relancer l'économie du Québec qui prend du retard par rapport à l'Ontario.

«Avec un dollar canadien à 73 cents, il est temps que le gouvernement mette en place une stratégie pour supporter l'investissement dans le secteur manufacturier. La CAQ propose de financer jusqu'à 90% des achats d'équipements par les entreprises pour améliorer la productivité. Pendant que nous ne faisons rien, l'Ontario a fait un plan pour son secteur manufacturier. Les emplois y ont connu une croissance de 15%. Les États-Unis ont connu une croissance de 20%», soutient François Legault, qui constate malgré lui que le premier ministre a fait un virage vert au détriment du développement économique.

En plus de son plan d'investissement pour le secteur manufacturier, François Legault aimerait relancer la consommation. Le gouvernement a, selon le chef caquiste, la capacité de décréter dans le prochain budget une baisse d'impôt de l'ordre de 1000$ par famille québécoise. Le gouvernement prévoit faire un surplus budgétaire de 2,2 milliards$ qu'il souhaite prendre pour payer la dette. François Legault juge que le gouvernement doit donner un peu d'oxygène aux Québécois après avoir décrété depuis son élection des ponctions dans les finances des citoyens de l'ordre de 1500$ par famille par des mesures de tarification spécifique.

Mauvaise surprise à l'impôt

«Nous sommes dans la période des déclarations d'impôt et plusieurs familles québécoises vont avoir une surprise désagréable. Les gens vont découvrir la ligne 434 qui concerne les services de garde. Les parents vont devoir faire un chèque de 500$ par enfant pour ce service. Quand vous avez deux enfants, ça fait 1000$. Il faut espérer que les gens ont pensé mettre l'argent de côté pour faire face à cette facture importante.»

Toujours au chapitre de la relance économique, François Legault n'est pas en désaccord avec le projet de Justin Trudeau d'investir massivement dans les infrastructures. L'argent de l'État aura un effet bénéfique pour le chef de la CAQ mais il croit malgré tout essentiel que le gouvernement du Québec vise également à supporter le secteur privé. Il croit qu'à ce chapitre, Philippe Couillard a lancé un message dramatique aux investisseurs étrangers quand il a remis en question la signature de l'État dans le projet d'exploration pétrolière de l'île d'Anticosti.

L'autre grande proposition de François Legault consiste à régionaliser les niveaux de développement économique. Selon lui, la subvention de 26 M$ accordée au Zoo de Saint-Félicien aurait dû être remise à un organisme décisionnel régional qui aurait fait ses propres choix au lieu de se faire imposer le choix du gouvernement. Le chef caquiste serait donc favorable au retour des CRÉ ou CLD.

Contrairement à ce que laisse entendre le gouvernement, M. Legault affirme que des spécialistes lui ont assuré que le gisement pour lequel Québec désire cesser l'exploration pourrait contenir jusqu'à 40 G$ de pétrole. «On pourrait quand même être en mesure de faire trois trous pour vérifier des choses sur une île où il n'y a que 247 habitants et qui est je ne sais plus combien de fois plus grande que l'île de Montréal. On pense même dédommager le partenaire du gouvernement dans ce projet.»

François Legault adopte le même comportement du développeur dans le projet d'Énergie Est pour acheminer le pétrole de l'Alberta vers les ports d'exportation de l'est. Le chef de la CAQ note une certaine discordance chez les péquistes alors que Sylvain Gaudreault refuse tout compromis pendant que son chef ouvre la porte à une acceptation du projet à certaines conditions. François Legault opterait pour une stratégie beaucoup plus agressive en réclamant des propriétaires de cet oléoduc des redevances sur les quantités de pétrole devant transiter par le Québec.

François Legault juge que les planètes sont bien alignées... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 4.0

Agrandir

François Legault juge que les planètes sont bien alignées pour générer des investissements dans le secteur forestier qui peut utiliser le levier du dollar canadien pour conquérir les marchés d'exportation.

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Secteur forestier: des planètes bien alignées

Le gouvernement du Québec doit s'asseoir avec Rio Tinto afin d'identifier des projets qu'il sera possible d'entreprendre afin de générer des investissements industriels importants et ainsi aider l'économie du Saguenay-Lac-Saint-Jean qui tarde toujours à démontrer des signes de reprise pendant que celle des États-Unis est déjà sortie de sa torpeur.

Selon François Legault, les performances économiques de Philippe Couillard sont plus que décevantes et il est temps que le gouvernement donne un peu de vigueur à l'économie du Saguenay-Lac-Saint-Jean en identifiant les grands secteurs que sont la forêt et l'aluminium.

« On a donné des tarifs préférentiels à Rio Tinto Alcan sans s'assurer d'obtenir des choses en retour. C'est certain qu'on ne peut pas se fier au gouvernement pour faire respecter les ententes puisque M. Couillard a déclaré qu'il ne croyait pas aux planchers d'emplois », a martelé François Legault en revenant sur les contraintes de plancher d'emploi que l'ex-ministre Raymond Bachand avait imposé à Rio Tinto lors de l'acquisition d'Alcan.

François Legault considère que Québec doit faire preuve d'une plus grande agressivité pour susciter des investissements et des projets majeurs. Québec doit de plus avoir de plus grandes attentes par rapport aux grandes entreprises.

En ce moment, il juge que les planètes sont bien alignées pour générer des investissements dans le secteur forestier qui peut utiliser le levier du dollar canadien pour conquérir les marchés d'exportation. Dans un premier temps, François Legault ouvrirait la porte pour offrir des approvisionnements en bois à long terme lorsque des entreprises réalisent des investissements.

À titre d'exemple, un gouvernement caquiste pourrait donner des garanties d'approvisionnement à long terme si Résolu s'engage à doubler la production de pâte Kraft à son usine de Saint-Félicien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer