Exclusif

Motoneige: un sentier international au Lac

Les 236 kilomètres de sentiers internationaux au nord... (Photo courtoisie)

Agrandir

Les 236 kilomètres de sentiers internationaux au nord du lac Saint-Jean permettraient de rejoindre les monts Valin, le mont Apica, Chibougamau-Chapais et la Jamésie.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

Un sentier de motoneige et de quad de calibre international long de 236 kilomètres sera construit sur les terres publiques au nord du Lac-Saint-Jean, un projet évalué à 5 millions$ qui reliera les sentiers internationaux des monts Valin, le mont Apica et Chibougamau-Chapais pour ensuite s'ouvrir sur la Jamésie au nord du Québec.

Un sentier de motoneige et de quad de... (Photo courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Photo courtoisie

«Pour nous c'est le résultat d'une belle concertation régionale qui a rallié les élus, les clubs de quad et de motoneige dans un projet qui s'inscrit dans le développement de nos secteurs. Ça fait deux ans qu'on travaille sur cette concertation que nous sommes prêts à lancer de l'avant» a indiqué le maire de Normandin, Mario Fortin, également président de la Société de gestion du Parc régional des Grandes-Rivières du lac Saint-Jean de la MRC de Maria-Chapdelaine qui pilote ce projet.

Le sentier appelé Lien intégrateur sera une véritable autoroute du loisir motorisé qui servira aux amateurs de quad durant trois saisons et aux motoneigistes en hiver.

«C'est une excellente collaboration que nous avons eue avec les clubs de loisirs motorisés. Les deux types de véhicules hors route (VHR) ne partageront pas les sentiers, mais les utiliseront en fonction des saisons», fait valoir Mario Fortin.

Ce projet est né des contestations de droits de passage et des conflits avec l'UPA il y a quelques années qui avait poussé les MRC à réfléchir sur des sentiers permanents sur les terres publiques. Le sentier sera accessible tôt en saison pour les motoneigistes, car il sera construit sur un fond de gravier. Une quantité de 15 cm de neige suffira pour débuter la saison.

Trois passerelles seront construites

Les passerelles qui seront construites sur les rivières... (Photo courtoisie) - image 3.0

Agrandir

Les passerelles qui seront construites sur les rivières aux Rats et Mistassibi pourraient être semblables à celle construite récemment sur la rivière Chaudière dans la région de Chaudière-Appalaches.

Photo courtoisie

«Le tracé du sentier est complété et devra traverser trois rivières, la rivière aux Rats, la Mistassini et la Mistassibi. Ces passerelles qui seront construites pour enjamber les cours d'eau constituent les éléments majeurs du projet», fait valoir le président du parc régional, Mario Fortin.

Présentement la passerelle de la 11e chute de la rivière Mistassini est en construction dans le cadre de la construction de la minicentrale et 101 kilomètres de sentiers sont existants et il faut ajouter 135 kilomètres des sentiers pour compléter le projet.

Mario Fortin est maire de Normandin.... (Photo courtoisie) - image 4.0

Agrandir

Mario Fortin est maire de Normandin.

Photo courtoisie

«Au chapitre du financement, il faut considérer que 51% du sentier se qualifie comme projet dans le programme de Stratégie touristique québécoise au nord du 49e parallèle», fait valoir Mario Fortin.

Ce sentier de calibre international viendra compléter l'offre touristique du Saguenay-Lac-Saint-Jean sur quatre saisons et s'inscrit dans le plan directeur de développement de la MRC et fera partie intégrante du Parc régional des Grandes-Rivières du lac Saint-Jean.

Le territoire ceinturé par le sentier international de quad et de motoneige touche 13 municipalités qui comptent 49 km de sentiers pédestres, 46 km de ski de randonnée, 26 km de sentier de raquette, sept belvédères, 11 terrains de camping, huit pourvoiries et une douzaine de partenaires privés en tourisme d'aventures.

Un peu d'inquiétude pour les clubs

Le projet du Lien intégrateur du nord du lac aura des conséquences directes pour les clubs quad et de motoneige du secteur. «On se réjouit de ce projet, mais ça représente 135 kilomètres supplémentaires de sentiers à entretenir. Il faudra prévoir des coûts d'entretien de plus, peut-être même l'achat d'une surfaceuse», indique le représentant régional de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec, Gaston Fortin.

«On ne veut pas appauvrir les clubs en leur imposant des kilomètres de sentiers fédérés supplémentaires à entretenir sans subvention supplémentaires. Nous sommes tous d'accord avec le projet, mais il faudra trouver du financement pour l'entretien, car les sommes dédiées à la péréquation en provenance de la fédération ne sont pas en hausse», indique le motoneigiste.

Gaston Fortin voit là une opportunité extraordinaire pour se connecter au 175 km de sentiers internationaux des monts Valin et au mont Apica pour attirer les motoneigistes de partout au Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer