Rémunération des cadres: statu quo à l'UQAC

L'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) n'a pas l'intention de modifier sa... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) n'a pas l'intention de modifier sa politique de rémunération des cadres ayant atteint le maximum de l'échelle salariale malgré une dénonciation du Vérificateur général du Québec dans le rapport déposé jeudi à l'Assemblée nationale.

L'UQAC et le Collège d'Alma ont fait l'objet de commentaires pour des éléments reliés à la politique de rémunération des cadres dans un cas et l'atteinte de l'équilibre budgétaire dans l'autre.

Le vérificateur général du Québec en arrive à la conclusion que l'UQAC va à l'encontre des politiques de rémunération des cadres du secteur public quand elle accorde à des cadres au maximum de l'échelle salariale cinq journées de ressourcement par année. Ces journées, selon la porte-parole Marie-Karlynn Laflamme, sont généralement prises sous forme de congé et ne sont pas cumulables.

Interrogée à savoir si cette politique de rémunération additionnelle serait abandonnée, la porte-parole de l'UQAC a expliqué qu'il sera difficile de se conformer aux recommandations du vérificateur: «Il s'agit d'une politique négociée avec l'association des cadres. Ça se fait dans d'autres organismes publics», a indiqué à quelques reprises Marie-Karlynn Laflamme. Tout indique que l'UQAC va attendre la prochaine négociation avec ses cadres pour corriger cette situation, à moins que le gouvernement n'y mette un terme par une directive administrative.

«L'UQAC et un organisme à but non lucratif ont conclu une entente visant le prêt de service d'un cadre supérieur et d'un autre cadre pour la période de 2012-2013 à 2014-2015. Durant cette période, les deux cadres ont reçu une rémunération additionnelle totalisant 28 000$ par l'entremise de cet organisme. Comme ces deux cadres avaient déjà atteint le maximum de leur échelle de traitement, le fait de leur attribuer cette somme additionnelle représente une non-conformité à la loi et un non-respect des conditions de l'entente», précise le rapport.

La porte-parole de l'université, Marie-Karlynn Laflamme, a déclaré au Quotidien que les 28 000$ en question proviennent non pas du budget de l'UQAC, mais bien de celui du Centre québécois de recherche et développement de l'aluminium (CQRDA). Il s'agit d'une décision du conseil d'administration de l'organisme pour accorder des bonus à André Dorion et à Luc Boudreault. Ce dernier agit toujours à titre de directeur général par intérim du centre qui avait fait l'objet de questions de la part du gouvernement du Québec quant à sa mission. André Dorion a quant à lui été embauché au poste de vice-recteur aux finances de l'Université du Québec à Montréal.

Dans ce rapport, le vérificateur général du Québec a effectué des travaux sur tout le secteur de l'éducation. Dans certains cas, il s'agissait de suivis de recommandations déjà formulées par le vérificateur général pour amener les organismes à respecter les lois et politiques encadrant la gestion des ressources financières ainsi que les politiques de rémunération du personnel.

Collège d'Alma

Le Collège d'Alma a également fait l'objet de remarques. Ce collège mérite la mention peu enviable d'être en situation de déficit alors que la loi oblige les établissements à atteindre l'équilibre budgétaire.

«Depuis nos précédents travaux, seul le Collège d'Alma a présenté un solde de fonds déficitaire dans ses états financiers pour les trois derniers exercices. Ce collège n'a donc pas respecté les dispositions de l'article 26.2 de la loi puisqu'il a effectué des paiements ou assumé des obligations dont le coût dépassait les sommes qu'il avait accumulées», précise le rapport.

Le Collège d'Alma doit composer avec une diminution de sa clientèle et certaines décisions qui ont contribué à une détérioration de sa situation financière. Il faut noter que pour les deux établissements de la région, le vérificateur n'a relevé aucune atrocité dans l'utilisation des fonds publics. Ce sont dans les trois problèmes des dérogations aux politiques gouvernementales en matière d'équilibre budgétaire et de politique de rémunération des cadres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer