Un second souffle pour Chlorophylle

Chlorophylle obtient un sursis grâce à un prêt... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Chlorophylle obtient un sursis grâce à un prêt de 300 000 $ accordé par le fonds Fondaction de la CSN et Capital régional et coopératif Desjardins.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Chlorophylle et ses 115 employés pourraient bénéficier mercredi d'un nouveau souffle. Le fonds Fondaction de la CSN et Capital régional et coopératif Desjardins injectent dans l'entreprise chicoutimienne une somme de 300 000 $ sous forme de prêts temporaires à parts égales.

Mercredi matin, au Palais de justice de Chicoutimi, la juge Nicole Tremblay, de la Cour supérieure, siégeant en matière de faillite et d'insolvabilité, sera saisie d'une requête en création d'une sûreté pour frais, en création d'un financement temporaire et en abrogation de délais déposée par Me Claude Lemieux, de Simard, Boivin, Lemieux, au nom du président de Chlorophylle, Marc Tremblay, et de son associé, Érik McNulty.

De façon sommaire, la requête vise à créer une réserve (sûreté pour frais) de 50 000 $ visant à garantir le paiement du syndic et les procureurs mis en cause dans la préparation d'un plan de relance viable, mais surtout à injecter les 300 000 $ nécessaires pour le financement des opérations quotidiennes de l'entreprise et préparer les commandes de vêtements pour les prochaines saisons. La requête précise que, sans l'apport d'argent nouveau, Chlorophylle se voit dans l'impossibilité d'effectuer les dépôts requis par ses principaux fournisseurs mettant ainsi en péril les livraisons de la prochaine collection, ce qui compromettrait aussi la possibilité de continuer ses opérations.

La création de la réserve et le nouveau financement nécessitent l'accord des créanciers garantis puisqu'il y aura création d'une charge de premier rang. Soulignons que Fondaction et Capital Desjardins sont à la fois créanciers et actionnaires de l'entreprise.

L'offre de financement déposée le 22 février implique la mise en oeuvre d'une réorganisation de l'actionnariat nécessitant l'annulation de l'ensemble des actions de catégories « AA », « G », « H », « I », et « J » et la création de catégories d'actions « M » qui seront émises à Fondaction, Desjardins et Marc Tremblay dans des proportions d'un tiers chacun.

Le 1er décembre, le fabricant de vêtements spécialisés de plein air a déposé un avis d'intention de faire une proposition en vertu de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité. Il a obtenu les 22 décembre et 12 février des prolongations de délais afin d'élaborer une proposition à ses créanciers.

Chez Capital régional et coopératif Desjardins, le porte-parole, Richard Lacasse, a confirmé les informations obtenues par Le Quotidien en ajoutant qu'il ne peut commenter la requête qui sera analysée aujourd'hui par la cour.

Selon les informations publiées en décembre, Chlorophylle est aux prises avec une dette de sept millions $ auprès de grandes institutions, dont la Banque de développement du Canada, Investissement Québec, Capital croissance PME, les Agences de revenu du Canada et du Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer