De bon augure pour Port Saguenay

Dans l'ordre de gauche à droite, Ghislain Harvey,... (Photo courtoisie)

Agrandir

Dans l'ordre de gauche à droite, Ghislain Harvey, président du conseil d'administration de Port Saguenay, Philippe Couillard, premier ministre, Carl Laberge, directeur général, Serge Simard, député de Dubuc, Jean D'Amour, ministre délégué aux Affaires maritimes, et Jean Tremblay, maire de Saguenay.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Antoine Lacroix
Le Quotidien

L'obtention de la désignation de zone industrialo-portuaire pour la Ville de Saguenay est presque chose faite et devrait être officialisée d'ici quelques semaines, grâce à la rencontre qui s'est tenue lundi entre Port Saguenay, le maire Jean Tremblay et le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

« Il reste un peu de travail à faire et des papiers à signer, mais une annonce pourrait être faite à cet effet prochainement », indique le directeur de Port Saguenay, Carl Laberge, au terme d'une rencontre de plus d'une heure avec le premier ministre, le ministre désigné aux Affaires maritimes, Jean D'Amour, et le député de Dubuc, Serge Simard. 

Une aide précieuse

« Ça devrait apporter une aide précieuse, parce qu'il y a des avantages grâce à cette désignation. On aurait de l'aide du gouvernement provincial, grâce à une aide financière et d'investissements, au niveau du démarchage, de la mise en marché et aussi pour de la collaboration entre les différents intervenants pour développer la zone », ajoute le directeur de Port Saguenay.

Carl Laberge s'est montré « très encouragé » par l'écoute du premier ministre dans les divers projets de Port Saguenay.

« Il a démontré du support dans tous nos projets et a compris l'importance qu'ils revêtent pour le développement économique de la région », affirme-t-il, estimant que Saguenay a une place d'importance dans la stratégie maritime du gouvernement du Québec.

Pas d'échéancier

Toutefois, aucun échéancier n'a été déterminé lors de cette rencontre.

« Ce n'était pas le but, précise Carl Laberge. On voulait démontrer ce qui était important de mener à terme et on a senti une détermination de le faire du côté du premier ministre. Même si aucun engagement clair n'a été pris, il a dit que ce serait fait dans le respect de l'environnement et de la communauté, par exemple. »

Les projets de GNL Québec, qui souhaite construire un complexe de liquéfaction de gaz naturel à proximité du terminal de Grande-Anse, et celui d'Arianne Phosphate ont été au coeur des discussions, entre autres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer