Denis Lemieux au Comité permanent des ressources naturelles

Le député de Chicoutimi-Le Fjord, Denis Lemieux, a... (Archives Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le député de Chicoutimi-Le Fjord, Denis Lemieux, a été nommé au Comité permanent des ressources naturelles à Ottawa.

Archives Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Le député libéral de Chicoutimi-Le Fjord, Denis Lemieux, est nommé au Comité permanent des ressources naturelles à Ottawa. L'ex-entrepreneur et dirigeant de PME, qui a défini le développement économique comme l'un de ses chevaux de bataille lors de la dernière campagne électorale, a lui-même demandé au premier ministre Justin Trudeau de faire partie des travaux du comité parlementaire. La nomination est survenue le 29 janvier dernier.

«Le développement économique est un élément très important pour moi. Je me suis lancé en politique pour ça. On a une entente sur le bois d'oeuvre qui devra être conclue avec les États-Unis cet automne. C'est très important qu'on ne revive pas les mauvaises expériences d'il y a dix ans», a fait valoir Denis Lemieux, à la faveur d'une entrevue téléphonique accordée au Progrès-Dimanche.

La première réunion du comité parlementaire présidé par le député James Maloney a eu lieu cette semaine. Les travaux débuteront officiellement lundi, avec la présence du ministre des Ressources naturelles Jim Carr. Le comité permanent examine des questions liées aux quatre secteurs industriels qui relèvent du mandat du ministère: l'énergie, les forêts, les minéraux et les métaux. Il a également le mandat d'étudier certains projets de loi.

Porte-étendard d'une région où l'économie est largement tributaire de l'exploitation des ressources naturelles, Denis Lemieux considère qu'il est important, pour lui de se trouver au coeur des débats. Il agit d'ailleurs comme membre substitut et affirme se tenir «très proche» des comités parlementaires du développement économique et de l'environnement.

«J'ai de très grandes ambitions pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Je regarde tous les projets qu'on a sur la table et excluant ceux de Rio Tinto, on en a pour 10 milliards$. Ce qui me frappe, c'est à quel point on a des projets qui sont liés aux ressources naturelles. Je ne vois pas beaucoup des régions où il y a autant de vision», dit Denis Lemieux, qui cite, au passage, Arianne Phosphate, Métaux Blackrock et GNL Québec. Même si des experts ont récemment dressé un portrait plutôt sombre de l'industrie minière, Denis Lemieux demeure optimiste.

Il étudie aussi l'aide médicale à mourir

Denis Lemieux est également membre du comité mixte spécial sur l'aide médicale à mourir créé au début de janvier.

Ainsi, le nouveau politicien se dit fort occupé depuis le début de l'ouverture de la session parlementaire. Il a d'ailleurs perdu le compte du nombre de réunions auxquelles il a dû participer. Le comité doit analyser les options de réponse législative à l'arrêt Carter sur l'aide médicale à mourir et formuler des recommandations sur le cadre d'une réponse fédérale.

«Le débat n'est pas sur est-ce qu'on est pour ou contre l'aide médicale à mourir, mais plutôt sur comment on encadre tout ça? Nous sommes deux Québécois sur le comité et je peux vous dire que le Québec a à maintes reprises été cité en exemple», relate Denis Lemieux. Jusqu'ici, 61 témoins ont été entendus et 100 mémoires déposés. Tous les travaux se déroulent à huis clos. Le comité s'affaire à préparer un rapport dont le dépôt est prévu pour le 25 février.

Une première question

Denis Lemieux a posé sa première question en chambre vendredi. Il a interrogé sa collègue du développement international, Marie-Claude Bibeau, au sujet des conditions de vie des réfugiés syriens en attente d'un transfert au Canada. «Je suis très préoccupé par cette question et je voulais savoir ce qui se fait là-bas. On m'a expliqué tout le travail qui est accompli sur le terrain», relate-t-il.

Ce qu'il a dit sur...

La faillite de Remac

«Je suis très malheureux de ça. Je connais André Poulin personnellement et je peux vous dire qu'il a réussi de très grandes choses. C'est un homme d'affaires de grande qualité et c'est malheureux de voir partir ce fleuron.»

Sonia Côté

«Je suis très proche de Loge m'entraide et je vais le rester. Je suis déjà intervenu auprès du ministre Bill Morneau pour m'assurer que notre gouvernement adopte des mesures pour soutenir les plus démunis. Quand j'entends des histoires qui concernent des personnes qui ont de la difficulté à se loger et à se nourrir, ça vient me chercher. Je viens d'un milieu défavorisé et ça me touche. J'ai pris l'engagement de rencontrer Sonia Côté aux trois mois et je vais le faire.»

Pierre Lavoie

«On a un homme extraordinaire dans le comté qui s'appelle Pierre Lavoie et je travaille très fort pour faire la promotion de son travail. Le premier ministre du Québec a récemment ajouté les saines habitudes de vie dans un ministère. Ça a été une victoire extraordinaire. J'ai fait des interventions pour faire connaître le Centre de recherche universitaire sur les saines habitudes de vie de l'UQAC.»

Bagotville

«Je regarde quel genre d'investissement peut recevoir la base. Elle est très importante pour le ministère de la Défense, mais elle n'a pas obtenu grand-chose au cours des dernières années. Je veux m'assurer d'avoir ma part du lion pour Bagotville lors du dépôt du prochain budget [...]. Je commence à avoir une idée bien précise de comment pourrait être implanté le service de douanes à l'aéroport.»

Son nouveau rôle de député

«Je n'ai même pas eu le temps de me poser la question à savoir si j'aime ça ou non! Ça brasse beaucoup plus que je pensais. Ce qui me frappe, c'est à quel point il y a des projets chez nous. Avant de devenir député, j'accompagnais des entreprises et je faisais du bénévolat. Maintenant, je fais du gros bénévolat. Avec le comité sur l'aide médicale à mourir, j'ai participé à plus de réunions en trois semaines que la plupart des députés en huit mois!»

Interventions réalisées

«J'ai fait beaucoup d'interventions pour mon comté. Mon rôle est de prendre connaissance et de m'enquérir des besoins des gens et de connecter avec les décideurs. J'ai déjà rencontré plusieurs ministres. Par exemple, le ministre du Développement économique est déjà très au courant des projets de métaux BlackRock. J'ai deux rencontres de prévues au sujet d'Arianne Phosphate la semaine prochaine.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer