Houde juge sa peine sévère

Yohan Houde trouvait qu'une suggestion commune de 10 mois de prison était... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Yohan Houde trouvait qu'une suggestion commune de 10 mois de prison était plutôt sévère pour ce qu'il avait fait. Mais lorsqu'il a entendu le juge lui répliquer qu'il songeait à imposer une peine de 12 à 18 mois, il s'est ravisé.

Le Chicoutimien de 25 ans attendait depuis quelques jours sa sentence pour de nombreuses infractions au Code criminel canadien. Houde a été intercepté une première fois le 8 juin à La Baie au moment où il vidait une remise de son contenu. Le propriétaire lui a dit d'arrêter de lancer ses affaires et a communiqué avec les policiers.

L'individu a été arrêté et accusé de possession de stupéfiants, d'introduction par effraction et de bris.

Il a été envoyé en thérapie. Quelques jours après sa sortie, Houde a été intercepté par les policiers pour avoir commis quelques bris de condition. Au final, il a été condamné à 135 heures de travaux communautaires, qu'il n'a pas faites.

Sa dernière incartade est survenue le 1er février 2016 pour des vols à l'étalage, possession de drogue et d'outils de cambriolage, de même qu'une munition à son ceinturon, ce qui est interdit. 

Me Julien Boulianne, en défense et Me Marie-Josée Hamelin-Gagnon, à la Couronne, ont présenté une suggestion commune au juge Richard P. Daoust de 10 mois d'emprisonnement, moins les 19 jours de détention préventive. Il lui reste donc neuf mois et 11 jours à faire.

Interrogé par le juge Daoust à savoir s'il avait quelque chose à ajouter, Yohan Houde a voulu s'exprimer sur la durée de son incarcération. 

«Je trouve que c'est beaucoup 10 mois pour ce que j'ai fait. Mais je vais prendre la suggestion commune parce que mon avocat m'a dit que c'était correct», a soumis Yohan Houde. 

Le juge Daoust n'a pas hésité à lui répondre.

«Vous avez fait le bon pari d'écouter votre avocat, parce que selon moi, ça aurait valu plutôt de 12 à 18 mois», a répliqué le juge Daoust.

Le client de Me Boulianne n'a plus rien dit et a accepté sa sentence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer