Le fils de la diplomate québécoise accusé de meurtre plaide coupable

Marc Wabafiyebazu... (Archives PC)

Agrandir

Marc Wabafiyebazu

Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le fils adolescent de Roxanne Dubé, consule générale du Canada à Miami, a plaidé coupable à quatre accusations, dont deux chefs de meurtre au troisième degré.

En échange, Marc Wabafiyebazu, âgé de 15 ans, devra participer pendant six mois à un camp de type militaire, puis purgera une peine de 10 mois dans la communauté. Sa période de probation durera un maximum de huit ans.

S'il respecte ces conditions, aucune condamnation ne sera enregistrée à son dossier.

Il avait d'abord été accusé de meurtre au premier degré, un crime associé à une peine minimale de 40 ans de prison.

L'adolescent avait été arrêté en mars dernier après que son frère de 18 ans, Jean Wabafiyebazu, et un autre adolescent eurent été tués par balles. Selon la police, une fusillade a eu lieu lorsque le frère aîné a tenté de voler 800 grammes de marijuana à un revendeur.

Marc Wabafiyebazu n'était pas armé et attendait à l'extérieur des lieux du crime au moment de l'incident, mais les autorités ont affirmé qu'il avait participé à la tentative de vol ratée, et le jeune homme a dû faire face à des accusations de meurtre devant un tribunal pour adultes.

Les procureurs ont accepté une rare réduction des deux principales accusations à des chefs de meurtre au troisième degré. Le jeune homme a également plaidé coupable à un chef réduit de voies de fait grave et un autre de tentative de vol à main armée.

La mère de l'adolescent, Roxanne Dubé, était consule générale du Canada à Miami au moment des meurtres.

«Je suis très reconnaissante, a déclaré Mme Dubé. Marc aura un avenir.»

«Essentiellement, il paie le prix pour Jean, a-t-elle ajouté. Il plaide aussi coupable du meurtre de son propre frère.»

Les deux coaccusés de Marc Wabafiyebazu, incluant le revendeur qui a fui la scène avec la drogue et une arme à feu, ont été libérés sous caution peu après avoir également fait face à des accusations réduites. Les procureurs ont accepté d'abandonner ces accusations en échange d'un plaidoyer de culpabilité et de leur témoignage contre le jeune Canadien.

Roxanne Dubé a quitté son poste au consulat général en août, un travail qu'elle avait commencé deux mois seulement avant la fusillade mortelle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer