Gilbert Dominique déçu de sa rencontre avec Québec

Le chef de Mashteuiatsh, Gilbert Dominique, est très déçu de sa rencontre avec... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le chef de Mashteuiatsh, Gilbert Dominique, est très déçu de sa rencontre avec le ministre de la Justice, Martin Coiteux, pour tenter de trouver une solution concernant l'avenir du corps de police. Il y a impasse et l'abolition semble inévitable.

Le chef de Mashteuiatsh, Gilbert Dominique... (Archives Le Quotidien) - image 1.0

Agrandir

Le chef de Mashteuiatsh, Gilbert Dominique

Archives Le Quotidien

«C'est très décevant! On est encore loin des engagements financiers que l'on souhaiterait pour qu'on revienne sur notre décision d'abolir le service. Aussi, le gouvernement ne semble pas prêt à mettre en place les exigences que nous demandons pour que la Sûreté du Québec reprenne le service à compter du 1er avril», a-t-il déclaré quelques minutes après son entretien avec Martin Coiteux et Geffroy Kelly, ministres des Affaires autochtones.

Il semblerait que Québec serait prêt à bonifier le montant qu'il accorde pour le service. Par contre, il faudrait que le fédéral accepte d'en faire autant. Actuellement, Mashteuiatsh reçoit 1,2 million$ et voudrait obtenir environ 350 000$ de plus pour payer la différence du coût réel du service de police. Selon l'entente, Ottawa paye 52% de l'enveloppe et Québec 48%. «Le ministre nous a dit qu'une rencontre sera réalisée dans les dix prochains jours pour discuter avec le fédéral. C'est clair que la SQ ne veut pas avoir à payer au complet le service. Québec veut voir ce que le fédéral pourrait faire», a mentionné Dominique.

Vers un service assuré par la SQ

Gilbert Dominique a été clair auprès des ministres. «Nous avons signifié au gouvernement qu'avec le peu d'avancement et les quelques propositions peu convaincantes sur la table, on était loin de s'entendre sur nos besoins. Nous leur avons signifié qu'ils devront rapidement mettre en oeuvre un plan pour effectuer la transition pour que la SQ desserve la communauté», a-t-il signifié.

Selon le chef Dominique, l'idéal serait de maintenir le corps policier composé de policiers autochtones. «Ce serait notre volonté et celle exprimée par le premier ministre, mais on ne nous a rien présenté lors de notre rencontre pour qu'on puisse l'espérer», a-t-il laissé tomber, découragé.

Aussi, la communauté demande aux deux paliers de gouvernement d'éponger le déficit accumulé de deux millions$ qu'a assumé le conseil de bande depuis quatre ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer