La motoneige inquiète les citoyens

Dominique Boivin est venu réclamé au nom des... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Dominique Boivin est venu réclamé au nom des citoyens du rang de la Rivière aux Saumons de Saint-Félicien que les motoneiges et les quads ne passent plus dans le secteur.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les citoyens du rang de la Rivière aux Saumons à Saint-Félicien exigent que les motoneiges et les quads ne passent plus dans le secteur.

Un groupe s'est déplacé à la séance publique du conseil pour déposer une pétition de 40 noms réclamantque le sentier passe ailleurs. Leur porte-parole, Dominique Boivin, a qualifié la situation d'intenable. «Ça fait six ans qu'on tolère un sentier temporaire. On n'a pas été consultés et là, avec l'arrivée des quads cet été, la situation a empiré. Pour nous, c'est clair, on ne veut plus de quads à l'été 2016 et de motoneiges l'hiver prochain», a-t-il affirmé lundi soir. 

«Ils ne respectent pas la limite de vitesse. Ça fait beaucoup de bruit et c'est le festival de la poussière avec des côte-à-côte qui roulent à 120 km/h. Le samedi, il en passe aux cinq minutes», a-t-il raconté.

L'hiver, comme les motoneigistes traversent la chaussé à cinq reprises sur une distance de 2 km, les risques d'accident sont nombreux. C'est le secteur du pont, en bas d'une côte escarpée, qui représente de grands dangers. «Il n'y a pas une fois par semaine où il ne faut pas que je freine pour éviter de frapper un motoneigiste», a donné en exemple Dominique Boivin.

Cette année, durant la période des Fêtes, les motoneigistes circulaient à des vitesses folles sur la route au lieu d'emprunter le sentier, soulignent les citoyens. Les propriétaires de lots à bois du secteur, en guise de solidarité, ont décidé de ne plus accorder de droit passage à partir du printemps.

Le maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin, a concédé que le problème était complexe et qu'il était difficile de déterminer un sentier qui conviendrait. «Nous avons travaillé sur divers scénarios. C'est vrai que la consultation avec vous a peut-être fait défaut. On avait réglé la problématique du motocross à la suite de plaintes. Là, on va s'arranger pour que vous retrouviez votre quiétude», a-t-il déclaré.

Gilles Potvin a indiqué qu'un scénario de sentier qui emprunterait l'emprise du CN entre la voie ferrée et le Zoo sauvage est en analyse. Par contre, la construction d'un pont augmenterait les coûts du projet. La possibilité de passer par La Doré avait été envisagée, mais n'avait pas reçu un bon accueil de la part du club de motoneige de l'endroit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer