Un record Guinness pour un match de 400 joueurs

Portant le numéro 217, Mario Fortin a participé... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Portant le numéro 217, Mario Fortin a participé à la réussite d'un record Guinness pour le match avec le plus de joueurs, mardi à Ottawa

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Mario Fortin n'avait pas mis les patins depuis quelques années, mais il a participé mardi dernier à un match qui passera à l'histoire. Le directeur du Presto de Jonquière a pris part à une rencontre regroupant un total de 400 joueurs, un nouveau record du Livre des records Guinness.

«C'était vraiment une expérience», qualifie Mario Fortin qui était le seul représentant régional à cette activité.

La rencontre avait été organisée par la direction des grossistes Loblaws qui tenait son colloque bisannuel à Ottawa la semaine dernière. Ils étaient donc une centaine de directeurs à avoir répondu positivement à l'invitation. Pour grossir le groupe, un appel a été lancé sur les ondes d'une radio locale à laquelle ont répondu plusieurs dizaines de personnes. Le chiffre à battre était de 374, ce qui a été facilement dépassé lors de l'activité qui se déroulait au Sensplex, site d'entraînement des Sénateurs d'Ottawa. Les joueurs se sont donc succédé par groupes de dix de 8h le matin jusqu'à environ 15 heures pour des parties de dix minutes. Ayant le numéro 217, Mario Fortin a été l'un des premiers à s'exécuter à 8h10. Les joueurs ont ensuite continué de défiler sur la patinoire. Une représentante du Livre des records Guinness était sur place pour homologuer que tout était fait dans les normes et homologuer le tout. Pour que le record soit battu dans les règles, chaque joueur devait toucher à la rondelle au moins une fois.

«Franchement, j'ai vraiment tripé», lance l'homme de 56 ans, très fier d'avoir participé à un tel événement.

«C'était vraiment le fun. Ça n'arrive pas tous les jours», poursuit Mario Fortin qui n'avait pas disputé de rencontre depuis un bon moment. Il n'a pas hésité longtemps avant d'accepter l'invitation. «Quand on me l'a demandé, je me suis dit tout de suite ''J'embarque, je ne rate pas l'occasion. Jouer au hockey, c'est un peu comme faire de la bicyclette, ça se retrouve rapidement», raconte-t-il.

Mario Fortin n'a pas eu besoin d'amener son vieil équipement à Ottawa. Les dirigeants de Loblaws en avaient acheté quelques-uns qu'ils prêtaient aux participants. Les équipements ont ensuite été remis à un organisme caritatif.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer