Traité avec les Innus: un groupe veut bloquer le projet

Le premier traité liant trois communautés innues du Québec aux gouvernements... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le premier traité liant trois communautés innues du Québec aux gouvernements provincial et fédéral n'est pas encore conclu qu'un nouveau groupe de chasseurs menace de prendre toutes les mesures nécessaires pour entraver la signature de cette entente qui doit être soumise aux membres lors de référendums.

Ce nouveau regroupement, qui s'identifie comme un groupe de familles de chasseurs innus et qui a comme porte-parole Mike Cleary, entend donc se manifester énergiquement au cours des prochains mois. Les membres veulent tout simplement bloquer le projet de traité qui devrait être conclu dans quelques semaines entre les communautés de Mashteuiatsh, Natashquan et Essipit ainsi que les deux ordres de gouvernement.

Au cours d'un entretien téléphonique vendredi après-midi, le porte-parole Mike Clearay a expliqué que le traité qui émane de cette négociation ne sera pas vraiment différent de l'Entente de principe d'ordre général intervenue en 2004. Cette entente spécifiait que le gouvernement du Québec, selon son interprétation, allait devenir unique gestionnaire du Nitassinan. Le Nitassinan est en fait le territoire associé à chacune des communautés et qui, sur une base historique, permettait aux familles d'exercer des activités de chasse, pêche et cueillette pour des fins de subsistance.

«Les territoires de chasse du Nitassinan n'appartiennent pas aux conseils de bande. Ces territoires appartiennent aux héritiers des familles qui ont vécu dans ces endroits depuis des millénaires. Le conseil de bande ne peut décider sans nous consulter de donner pleine juridiction au gouvernement du Québec sur toute la réglementation de chasse comme il est sur le point de le faire», a déclaré au Quotidien Mike Cleary.

Le petit groupe d'opposants, composé pour le moment d'une dizaine de familles, entend convaincre les chasseurs des autres communautés de contester le traité. Les opposants estiment qu'en agissant de la sorte, les trois conseils de bande acceptent une forme d'extinction des droits des chasseurs, un principe qui est rejeté par les Nations Unies.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer