Promotion Saguenay: l'ERD réclame un guichet unique

Josée Néron constate que 48 % de l'aide... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Josée Néron constate que 48 % de l'aide totale de deux millions disponible à Promotion Saguenay a été octroyée à des organismes ayant déjà reçu l'aide de Saguenay.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

La chef de l'Équipe du renouveau démocratique (ERD), Josée Néron, soutient que Saguenay et Promotion Saguenay subventionnent en double certains organismes et événements. C'est pourquoi elle réclame qu'un ménage soit effectué dans la politique des dons et subventions en établissant un guichet unique pour l'octroi des aides apportées.

Au cours des derniers jours, l'ERD a mis la main sur la liste des aides et subventions accordées par Promotion Saguenay pour l'exercice 2014 en vertu de la Loi d'accès à l'information. Mme Néron y constate que 48 % de l'aide totale de deux millions disponible à Promotion Saguenay a été octroyée à des organismes ayant déjà reçu l'aide de Saguenay. 

« On y constate que plusieurs entreprises privées ont reçu des subventions, ce qui est illégal. En promotion touristique, des écoles et des organismes qui sont en opération en dehors du territoire ont reçu de l'aide financière », affirme Mme Néron.

Près de deux millions

Le document rendu disponible sur le site du parti politique fait état de 149 subventions accordées par Promotion Saguenay en 2014, pour un total de 1 994 134 $.

Parmi les plus importantes contributions effectuées, on compte la firme de communication Nordia, installée au centre-ville de Jonquière, qui a reçu 300 000 $, tandis la Corporation du théâtre du Palais municipal s'est vue octroyer une aide de 150 000 $ pour la bonification des attraits touristiques destinée aux croisiéristes et la présentation en anglais de La Fabuleuse. Le comité organisateur d'événements de Saguenay (65 000 $), Diffusion Saguenay (50 000 $), la Fédération des clubs de motoneigistes (50 000 $), la Chambre de commerce de Saguenay (40 000 $) et le camping Jonquière (40 000 $) figurent en tête de liste des plus hauts bénéficiaires.

Vraie politique

Outre l'établissement d'un guichet unique pour l'octroi des subventions, l'ERD réclame l'établissement d'une vraie politique de dons et subventions qui comprendrait des critères et objectifs précis permettant d'évacuer l'arbitraire.

Selon elle, en 2014, Saguenay n'a pas tiré de leçon du rapport produit en septembre 2013 par le ministère des Affaires municipales qui reprochait à Promotion Saguenay d'agir dans des champs de compétence qui ne pouvaient lui être délégués par la Ville. Cette pratique a eu lieu en utilisant des fonds provenant essentiellement de la Ville, ce qui soulève des problèmes au plan juridique, croit l'ERD.

L'ERD s'est engagée à poursuivre le travail pour l'exercice 2015 en exigeant la même liste des dons et subventions. « Il est plus que temps que les choses soient revues en profondeur », demande Josée Néron.

Un premier sit-in silencieux

Tel que promis, une vingtaine de militants de Loge m'entraide et sa coordonnatrice, Sonia Côté, ont tenu un premier sit-in silencieux dans les escaliers de l'hôtel de ville de Chicoutimi. L'organisme souhaite obtenir 750 000 $ sur 10 ans et un rabais de taxes pour le projet de la Coopérative d'habitation La Solidarité, dans le secteur Kénogami.

Pendant une heure, les citoyens, chaussés de couvre-pieds hygiéniques, ont occupé dans un silence complet la moitié de l'escalier dans le but de convaincre le maire Jean Tremblay qui s'est déjà opposé au financement du projet de 12 logements sociaux.

Le sit-in a eu lieu juste avant la tenue de la séance spéciale du conseil pour l'adoption de la nouvelle convention des cols blancs, de sorte que plusieurs conseillers municipaux ont été appelés à défiler devant les protestataires.

Le maire a réitéré que Loge m'entraide reçoit déjà largement sa part de financement. « Il y a d'autres organismes dans le besoin. Des organismes de charité reçoivent des 10 000 $, mais c'est celui qui reçoit le plus qui se plaint le plus. Je ne suis pas certain que le prochain conseil sera aussi généreux. »

Après 58 minutes, Mme Côté a brisé le silence. « Le projet Solidarité est très raisonnable. Le maire dit qu'il y a d'autres besoins pour les organismes de charité. Qu'est-ce qui fait qu'il y a tant de ménages qui ont recours à ces organismes? C'est parce qu'il y a trop de ménages qui consacrent trop d'argent à leur logement. Notre objectif est de fonder douze logements sociaux d'ici cinq ans. On a récolté 70 000 $ pour ce projet et cinq millions $ par nos propres moyens dans le passé », a-t-elle mentionné. Loge m'entraide prévoit la tenue d'un second sit-in le 10 mars prochain à 10h.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer