Accrochage Provencher-Néron

Jean-Yves Provencher... (Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Jean-Yves Provencher

Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

En lisant son Quotidien jeudi matin, le conseiller municipal Jean-Yves Provencher n'a pas aimé voir dans le courrier du lecteur une lettre rédigée de la main de la chef de l'ERD, Josée Néron, voulant que Saguenay vive dans une période de grande noirceur concernant la reddition de compte par les organismes paramunicipaux.

Le maire Jean Tremblay a encore accusé Josée... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 1.0

Agrandir

Le maire Jean Tremblay a encore accusé Josée Néron de ne pas comprendre son rôle de conseillère municipale.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Un vif débat a eu lieu entre les deux élus, en séance du conseil, lundi. 

M. Provencher a expliqué qu'à plusieurs reprises dans l'année financière, il effectue une reddition de compte et que l'exercice permet d'expliquer les subventions accordées aux organismes en toute transparence. «Pour la zone portuaire, je vous ai expliqué à deux reprises les subventions de 2,6 M$.»

La chef de l'ERD a rétorqué qu'elle avait bien confiance au travail effectué par M. Provencher, mais elle réclame, à titre d'élue, de voir les états financiers des organismes subventionnés par la Ville. «Le maire dit qu'on n'a pas le droit de demander les documents que nous jugeons nécessaires. Je n'ai rien contre le fait que vous les analysiez au Conseil du trésor, mais je n'ai pas à me faire dire que je n'ai pas le droit de les avoir.»

Elle appuie son argumentation sur l'article 2.7.2 de la loi sur l'accès et les élus municipaux. La jurisprudence reconnaît aussi aux élus un accès privilégié aux documents municipaux. Ils peuvent, dans le cadre de leurs fonctions, consulter ou obtenir certains documents détenus par la municipalité afin de leur permettre non seulement de participer pleinement et en toute connaissance de cause aux délibérations du conseil municipal, mais également de prendre une décision éclairée et réfléchie.

Le maire Tremblay est entré dans le débat en accusant une nouvelle fois Mme Néron de ne pas comprendre son rôle de conseillère municipale.

Non seulement le maire de Saguenay, Jean Tremblay, n'a pas l'intention de changer le processus de Promotion Saguenay dans l'octroi d'aides financières, mais il souhaiterait que cet outil de développement puisse en faire plus.

N'en déplaise à l'Équipe du renouveau démocratique (ERD) et sa chef, Josée Néron, qui réclament un guichet unique pour l'attribution de subventions, « (Promotion Saguenay), c'est un outil extraordinaire. Non seulement il ne faut pas le changer, mais il faut l'amplifier, car c'est un fleuron qui donne du succès», a indiqué le maire Tremblay. «Quand tu as trouvé un moyen de développer, tu l'améliores. Si elle disait des choses pour améliorer, je serais d'accord. Il y a toujours des choses à améliorer, mais (cette sortie) c'est une destruction en règle», croit Jean Tremblay, qui estime que l'attitude de l'ERD est malsaine.

«Les doublons, c'est normal. Il y en a toujours eu et il continuera d'en avoir», ajoute le maire. Il explique que pour un projet, un organisme peut être admissible à une forme d'aide de Promotion Saguenay, mais que pour une autre facette du projet, il devra se tourner vers Saguenay, voire vers un arrondissement ou des conseillers.

Le maire rappelle en outre que tous les dossiers soumis font l'objet d'une analyse sérieuse, que ce soit par des fonctionnaires de la municipalité ou par le personnel de Promotion Saguenay. Dans ce dernier cas, les projets sont ensuite étudiés par un conseil d'administration composé de «18 hommes et femmes qui ont réussi en affaires, qui sont des modèles régionaux», précise-t-il. «Elle (Josée Néron) vient dire que ces gens ne sont pas habiles à décider? Qu'ils ne sont pas compétents, qu'ils sont incapables de prendre des décisions honnêtes dans l'intérêt des citoyens? C'est vraiment méprisant!»

À ses yeux, la conseillère Néron et son parti «essaient de trouver des aspects négatifs pour détruire ce qui va bien dans la Ville. (...) Mais eux, ils font quoi avec les 290 000$ qu'on leur donne? Ils sont élus pour aider les citoyens et faire progresser la ville, mais ils n'ont rien présenté, aucun projet.»

Cols blancs: entente ratifiée

Le conseil de Saguenay a ratifié, jeudi matin, l'entente de principe intervenue avec le syndicat représentant les 395 employés cols blancs de la Ville affiliés au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

La nouvelle convention, d'une durée de sept ans, prévoit des augmentations salariales annuelles de 2% rétroactives au 1er janvier 2013.

Selon René Cloutier, président du syndicat, il aura fallu 31 séances de négociations étalées sur deux ans pour obtenir une entente. Le document a été accepté dans une proportion de 89% par les membres mercredi soir. «Il y a eu des clauses plus pointilleuses à négocier comme celle sur le mouvement de main-d'oeuvre, sur la façon d'accorder des postes, mais ce n'était pas la confrontation. On obtient la stabilité jusqu'en 2019. La hausse de 2% est satisfaisante avec tout ce qui s'est passé.»

Quant au projet de loi permettant aux municipalités d'imposer les conditions de travail de leurs employés, M. Cloutier affirme qu'il n'a pas été un enjeu puisque l'entente de principe était déjà négociée à 85%.

Du côté de l'employeur, le président du Conseil du trésor, Jean-Yves Provencher, a mentionné qu'il était heureux de l'accord. Il a rappelé qu'il y a un an, Saguenay a demandé des sacrifices à ses employés avec une réduction de la masse salariale de 5% dans un contexte où la croissance économique n'est pas à son meilleur.

Soulignons que Saguenay compte 260 cols blancs à temps complet et 135 employés temporaires, pour une masse salariale annuelle de 17,5 M$.

Saguenay négocie actuellement avec ses employés cols-bleus dont la convention est expirée depuis le 31 décembre 2014, ainsi qu'avec le Syndicat des brigadiers, sans convention depuis le 31 août 2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer