Serge Simard craint la division

Le député de Dubuc, Serge Simard... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le député de Dubuc, Serge Simard

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le député de Dubuc à l'Assemblée nationale, Serge Simard, aimerait bien que le préfet de la MRC Lac-Saint-Jean lui explique ce qu'il entend quand il soutient que les élus provinciaux de la région ne sont plus en mesure de défendre les dossiers du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Au cours d'un entretien avec Le Quotidien, mercredi, le député de Dubuc a réitéré son engagement à tout mettre en oeuvre pour faire avancer les dossiers, mais explique en même temps qu'il n'est pas question pour lui de contacter les médias chaque fois qu'il pose un geste en ce sens. Serge Simard affirme que depuis le Sommet économique régional, où il a été mandaté de faire le suivi, le travail se déroule rondement aux différentes tables afin d'identifier les priorités.

«Entre-temps, quand il faut faire une intervention auprès d'un collègue pour faire débloquer des choses, on le fait. Vous pouvez le demander aux gens d'Arianne Phosphate, pour que l'entreprise puisse obtenir son décret, ou aux responsables du CQRDA que je supporte très activement pour les projets.»

Le député a repris l'exemple du dossier des sentiers de motoneige qui fait la manchette chaque automne dans la région. Cette année, le député de Dubuc est parvenu à dégager du temps pour une rencontre avec le ministre des Transports, mais les dirigeants du club Caribou qui ont décliné l'invitation à la dernière minute.

Serge Simard admet que ce genre de sortie peut découler d'une certaine impatience des élus devant les difficultés économiques de la région. Malgré cette réalité, le député de Dubuc explique que ce n'est pas son travail de lancer des projets. Il travaille à supporter les projets. «Je suis député de Dubuc. Je ne suis pas responsable de tout ce qui se passe au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il y a d'autres députés», enchaîne Serge Simard en faisant référence aux élus péquistes.

Quant à l'érosion des emplois de la fonction publique du Québec, du secteur de la santé et des services sociaux ainsi que dans les sociétés d'État comme Hydro-Québec, Serge Simard affirme qu'il faut travailler à compenser ces réductions de personnels. Au cours des derniers jours, Le Quotidien a fait état de situations alarmantes dans ce domaine. Pour le député de Dubuc, cette réalité touche tout le Québec et, dans ce sens, il croit possible de combler ces pertes en accueillant d'autres services comme ce fut le cas avec le bureau du Forestier en chef.

La grande inquiétude de Serge Simard pour l'avenir de la région ne réside pas dans ce que font ou ne font pas les élus. Il a surtout des craintes quand il voit poindre à l'horizon des divisions qui pénalisent l'ensemble de la région.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer