Hébert et Boivin s'impatientent

Le préfet de la MRC Maria-Chapdelaine, Jean-Pierre Boivin... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le préfet de la MRC Maria-Chapdelaine, Jean-Pierre Boivin

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le préfet de la MRC de Maria-Chapdelaine Jean-Pierre Boivin considère, comme d'autres élus, que les dossiers n'avancent pas assez vite dans la région.

Prudent dans ses critiques, surtout envers Philippe Couillard, il avoue tout de même qu'il aimerait que ça débloque. « Le pont ferroviaire, la route de Girardville, le parc industriel, on a perdu l'aluminerie, on a demandé des travaux de reboisement, mais les dossiers n'aboutissent pas. Aussi, M. Lebel ne soit plus au pouvoir et il est en convalescence, ce qui ralentit les choses », a-t-il commenté.

Au début du mandat de Philippe Couillard, les rencontres étaient plus faciles à obtenir. « Depuis quelques mois, c'est très difficile. On a demandé une rencontre avant les Fêtes et on attend toujours. Je pense que ses rencontres internationales sont terminées. Alors, je crois que ça serait notre tour », a-t-il ajouté.

Même tendance au sein de la fonction publique. « On sent un ralentissement dans la machine à répondre aux demandes des maires et des municipalités. On fait des demandes et on n'a pas de réponse. On sent que ça bloque dans les ministères », affirme-t-il.

Depuis deux ans que le gouvernement est au pouvoir et les dossiers qui ont abouti dans Maria-Chapdelaine se compte sur les doigts d'une main.

À Dolbeau-Mistassini, on attend toujours pour une aide financière pour une piscine intérieure et que le projet de caserne débloque.

Richard Hébert

À Dolbeau-Mistassini, le maire Richard Hébert presse Québec de faire quelque chose pour sortir de l'impasse l'industrie forestière. La fin de la médiation entre Résolu et la norme FSC fait déborder le vase. « Il faut que les environnementalistes nous lâchent un peu et que nos deux députés en fassent plus. Il y a urgence. Va-t-il falloir attendre la veille des élections pour que ça bouge? Je dis aux gens qui nous représentent qu'ils doivent défendre l'industrie forestière. Ils font ce qu'ils peuvent, probablement, mais là il faut qu'il fasse beaucoup plus », a-t-il lancé, hier soir, lors de la séance publique de la MRC de Maria-Chapdelaine.

Le maire ne veut surtout pas que la papetière ou la scierie sur son territoire écope de ce climat difficile. Le coût de la fibre et la surtaxe de 18% imposé par les Américains sur les papiers fabriqués à Dolbeau et Kénogami ajoutent à l'incertitude créée par les environnementalistes.

Il se demande où sont les Laurent Lessard, Philippe Couillard et Denis Lebel qui ont fait un vibrant plaidoyer pour la foresterie lors de Démo forêt 2000. « Ça fait des mois et il ne se passe toujours rien. Dans toute cette histoire, on va-tu finir par s'en sortir? On est embourbé dans ce marasme depuis deux ans et tout ce qu'on entend ce sont des discours. Ça prend du concret. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer