MRC du Fjord-du-Saguenay

Les hausses de taxes sèment l'inquiétude

Bruno Tremblay,  maire de Saint-Honoré.... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Bruno Tremblay,  maire de Saint-Honoré.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

L'expédition des comptes de taxes dans diverses municipalités de la MRC du Fjord-du-Saguenay fait sursauter certains contribuables. Ils craignent qu'à long terme, les municipalités rurales ne se dévitalisent.

Lors de la tenue du conseil de la MRC du Fjord, mardi soir, certains citoyens sont venus livrer leurs doléances face à l'augmentation fulgurante des évaluations municipales découlant de l'adoption d'un nouveau rôle.

Le citoyen Charles Deslauriers, un Almatois qui possède des propriétés sur le territoire de Saint-Félix-d'Otis, est venu expliquer que c'est avec une certaine consternation qu'il a constaté que la valeur de ses deux lots à bois avait grimpé de 76% et de 44% avec l'adoption du nouveau rôle. Avouant que ses moyens financiers lui permettent encore de payer son compte de taxes, M. Deslauriers craint que de telles hausses n'aient pour effet à long terme de vider les villages de leurs habitants parce que certains citoyens n'auront tout simplement plus les moyens de payer leur dû à la municipalité.

«Si mon voisin vend son lot à bois 500 000$ à un riche médecin de Montréal, va-t-on augmenter d'autant la valeur de nos propriétés?», a mentionné M. Deslauriers. Selon lui, au rythme où vont les choses, les habitants des villages ruraux ne pourront même pas songer à léguer à leurs enfants des terrains et immeubles.

Ce dernier a ajouté que certaines municipalités des Laurentides au nord de Montréal ont commencé à adopter des mesures visant à atténuer les impacts des hausses d'évaluation sur les comptes de taxes afin d'aider les citoyens.

Règles d'évaluation

Les arguments des citoyens présents ont eu pour effet d'entraîner un court débat sur le fait que les firmes d'évaluation n'ont pas le choix d'appliquer les règles de leur profession tandis que certains élus ont fait état des hausses enregistrées dans leur municipalité. «Il y a six ans à Saint-Honoré, des citoyens se vantaient qu'ils avaient vendu leur maison 100 000$ de plus que l'évaluation. C'est peut-être moins le cas aujourd'hui», a exprimé le maire de l'endroit, Bruno Tremblay.

Le maire de Larouche, Réjean Bédard, a pour sa part précisé que les évaluations ont augmenté de 22% avec le nouveau rôle.

dvilleneuve@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer