La police a reçu deux plaintes d'ex-travailleurs floués

L'usine de Graphic Packaging à Jonquière a fermé... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

L'usine de Graphic Packaging à Jonquière a fermé en 2015. Ils sont 140 à avoir perdu leur travail.

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Sécurité publique de Saguenay a reçu deux plaintes officielles de personnes qui auraient été flouées dans l'affaire des ex-travailleurs de la cartonnerie Graphic Packaging de Jonquière.

Le porte-parole Bruno Cormier a indiqué que les plaintes avaient été transmises au service des enquêtes de fraude. Il a toutefois été prudent dans ses commentaires pour ce qui est de l'identité de l'individu ou de l'entreprise qui est à l'origine de cette affaire.

«Pour le moment, tout ce que nous pouvons dire, c'est que deux personnes ont contacté nos services en lien avec cette affaire. Nous en sommes au tout début du processus», a répondu Bruno Cormier lorsque Le Quotidien l'a interrogé sur la façon d'opérer de ce conseiller financier qui était spécialisé dans les gestions des régimes d'assurance collective et la vente de REER Bâtirente.

Il s'agit de la troisième enquête confirmée dans cette affaire après celle de l'Autorité des marchés financiers et de la Chambre de la sécurité financière du Québec.

Dans cette présumée fraude, un individu qui avait la confiance des ex-travailleurs de la cartonnerie en a profité pour leur proposer d'obtenir des rendements importants sur des placements. Il invitait individuellement des ex-travailleurs à retirer de l'argent de leur compte REER pour lui remettre afin qu'ils puissent effectuer des placements.

L'individu dilapidait les sommes d'argent dans des restaurants de luxe et des bars de danseuses bien connus de la métropole et du Saguenay selon ce que Le Quotidien a appris. Devant son incapacité de rembourser les personnes avec les rendements promis, certains ont commencé à se poser des questions et ont jugé qu'il était mieux de dénoncer le conseiller financier auprès de Bâtirente. Les dirigeants de Bâtirente ont immédiatement pris les mesures pour mettre hors de nuire ce conseiller financier en contactant l'Autorité des marchés financiers et la syndique de la Chambre de la sécurité financière du Québec.

Une vingtaine d'ex-travailleurs de la cartonnerie auraient été victimes du présumé fraudeur. Il n'est également pas impossible que des personnes ayant déjà bénéficié des services de ce dernier alors qu'il oeuvrait pour une autre entreprise de services financiers aient également été contactées pour profiter de ces placements miraculeux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer