En bref

Le président du Syndicat démocratique des employés de... (Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Le président du Syndicat démocratique des employés de garage Saguenay-Lac-Saint-Jean (CSD), Georges Bouchard.

Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien
Le Quotidien

Georges Bouchard annoncerait sa retraite bientôt

(Stéphane Bégin) - Georges Bouchard, le président du Syndicat démocratique des employés de garage du Saguenay-Lac-Saint-Jean, quitterait ses fonctions le 5 mars. Il prendrait par le fait même sa retraite de son métier de carrossier chez le concessionnaire automobile PACO de Chicoutimi.

Cette décision survient à la suite de la conclusion du très long conflit de travail dans le monde automobile, près de trois années de lock-out, selon TVA.

Georges Bouchard a été l'une des principales figures de ce conflit, l'un des plus longs de l'histoire moderne du monde du travail au Québec. Il pourrait faire l'annonce officielle de son départ lors d'une prochaine assemblée syndicale. 

M. Bouchard aurait déjà fait part de ses intentions à des syndiqués lors d'une réunion tenue au cours des derniers jours.

Il y a deux semaines, les 450 syndiqués affiliés à la Centrale des syndicats démocratiques (CSD) des 25 concessionnaires automobiles en conflit ont accepté dans un fort pourcentage l'entente de principe négociée entre la partie patronale et la partie syndicale.

Deux jours après avoir entériné ce nouveau contrat de travail, environ 125 des travailleurs ont pu reprendre le boulot. Si les clients reviennent dans les garages, le nombre d'employés pourrait augmenter.

Un point important, car la dette totale engendrée par le conflit de travail doit être remboursée par les syndiqués au travail, ce qui constitue une somme importante chaque semaine. Mais plus il y a de travailleurs, moins la facture est grosse.

Parti québécois : mises en candidature

(Denis Villeneuve) - L'association du Parti québécois dans Chicoutimi entame les préparatifs en vue de l'élection partielle qui aura lieu au printemps. Les membres seront appelés à désigner le futur candidat lors de l'assemblée d'investiture qui aura lieu le 14 mars prochain.

Le président du conseil exécutif du PQ dans Chicoutimi, Loïc Chartier, a annoncé qu'à la suite de la réunion du comité exécutif national, la période de mise en candidature a été fixée du 5 au 28 février. «La machine est partie. Nous avons regardé le paysage politique, la fête de Pâques ainsi que la période de relâche et nous avons jugé que le 14 mars est une date appropriée.»

La direction du PQ dans Chicoutimi rappelle que l'investiture est une occasion de souligner la fibre démocratique du parti et d'avoir des échanges importants sur les enjeux de la circonscription et de la région. M. Chartier a mentionné que l'association péquiste compte plus de 1000 membres et que seuls les membres en règle en date du 13 février ont droit de vote.

Soulignons que parmi les noms qui circulent sur la liste des candidats potentiels, on retrouve ceux de la femme d'affaires Mireille Jean, du pompier Mario Gagnon et Élyse Gauthier, ex-candidate du Bloc québécois à l'élection fédérale.

Un projet-pilote pour les personnes âgées

(Laura Lévesque) -  Un projet-pilote se met en branle dans la région pour accompagner les personnes âgées dans leurs démarches auprès de la Régie du logement. Financé par Québec, il est mené par les Centres Assistance et Accompagnement aux Plaintes (CAAP), des organismes communautaires qui soutiennent les usagers insatisfaits du système de santé et de services sociaux. Les CAAP offrent déjà des services aux locataires des résidences privées pour aînés, notamment lorsqu'ils veulent porter plainte ou signaler des insatisfactions concernant le règlement sur la certification des résidences privées pour aînés. Des difficultés avec les baux, qui sont sous la juridiction de la Régie du logement, ont toutefois été observées au cours des dernières années.

Le projet-pilote vise donc à faire le lien entre les deux secteurs, en complémentarité avec les ressources existantes. Les conseillères se déplaceront à la résidence pour aînés et effectueront des interventions facilitant la résolution du problème.

« Il faut comprendre que les résidences privées pour personnes aînées sont des types de logements qui impliquent une réalité particulière. En plus du volet hébergement, on offre des services aux aînés et c'est ce qui peut ajouter des complications. Grâce à ce projet-pilote, nous serons en mesure d'accompagner les personnes aînées et leur famille qui se sentent lésés dans leurs droits, non seulement auprès du réseau de la santé et des services sociaux, mais aussi auprès de la Régie du logement », annonce Josey Lacognata, directeur CAAP Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le ministre des Aînés et ministre responsable de la Lutte contre l'intimidation a versé une subvention de près de 100 000 $. Le projet expérimental sera mené sur une période d'un an. 

Le projet-pilote se tiendra également au Bas-Saint-Laurent. Un comité de validation, formé des CAAP Mauricie et Centre-du-Québec, Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine et de Me Norman Ross, avocat, vérifiera la faisabilité d'exporter ce projet dans d'autres régions.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer