Près de 500 personnes devant les bureaux de Couillard pour les CPE

Malgré un refroidissement éolien de -32 degrés Celsius,... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Malgré un refroidissement éolien de -32 degrés Celsius, 500 personnes ont manifesté devant les bureaux du premier ministre Philippe Couillard, à Saint-Félicien.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Antoine Lacroix
Le Quotidien

Près de 500 personnes ont manifesté bruyamment, dimanche matin, devant les bureaux du premier ministre Philippe Couillard à Saint-Félicien, désirant dénoncer les coupes de 120 millions de dollars pour 2016-2017 dans les centres de la petite enfance (CPE).

Le président du Regroupement des CPE du Saguenay-Lac-Saint-Jean,... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens) - image 3.0

Agrandir

Le président du Regroupement des CPE du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Serge Boily.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Malgré un refroidissement éolien de -32 degrés Celsius, certaines familles ont chaudement habillés leurs enfants pour aller démontrer leur désaccord face aux actions du gouvernement Couillard.

«On veut faire reculer le gouvernement, lance le président du Regroupement des CPE du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Serge Boily. Qu'il annule les compressions et qu'il réinvestisse dans nos services. Il y a une nécessité de conserver les ressources.»

Le vice-président responsable des secteurs privés de la CSN, Dany Lacasse, dénonce les compressions dans les CPE qui représentent un demi-milliard de dollars depuis 2006. «Ça devient dangereux tout ça, soutient-il. Quand c'est rendu que le gouvernement sacrifie nos enfants sur l'autel de l'austérité, il ne reste plus qu'une option: prendre la rue et manifester.»

La CSN est venue prêter main-forte lors de la protestation organisée par l'Association québécoise des CPE. «Chez nous, les résultats sont désastreux pour les tout-petits et pour les travailleuses et les travailleurs, affirme Nathalie Duperré, présidente du syndicat des travailleurs des CPE du Saguenay-Lac-Saint-Jean, FSSS-CSN. On assiste à une diminution globale des heures travaillées dans chaque CPE. L'accompagnement des enfants aux besoins particuliers, les heures consacrées à l'alimentation de même qu'à la désinfection et à l'entretien sanitaire, les coupes dans les budgets de formation sont autant de secteurs touchés.»

Des responsables en services de garde (RSG) rapportent qu'il n'y a plus de liste d'attente et qu'elles ont beaucoup de difficultés à combler leurs places parce que des parents sont dans l'obligation d'envoyer leur enfant en garderie commerciale ou en milieu familial non subventionnée et non régie, question de coût.

L'Association québécoise des CPE estime que les nouveaux tarifs modulés iront chercher 170 millions$ de plus dans la poche des parents. L'organisme ajoute que ces coupes menacent entre 2000 et 2500 emplois dans le réseau. Ça représente des hausses annuelles pouvant atteindre jusqu'à 3300 dollars par enfant, soit 273%, selon la CSN.

Des rassemblements dans le même genre se sont tenus dimanche dans 18 villes du Québec, dont Montréal, où plusieurs milliers de personnes ont manifesté.

Partager

À lire aussi

  • Manifestation: CPE en péril

    Sherbrooke

    Manifestation: CPE en péril

    Près d'un millier de personnes ont envahi le parc Jacques-Cartier dimanche pour dénoncer les coupes de 120 M$ que le Parti libéral du Québec souhaite... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer