Création du CIUSSS: la crainte persiste

Au lieu de fonctionner par établissement, le service... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Au lieu de fonctionner par établissement, le service de santé va se déployer par grand programme dans les différents sites de la région.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La présidente du syndicat affilié à la FIQ, Martine Côté, indique d'entrée de jeu que ce n'est pas une question d'individus, mais bien d'une loi dont personne ne voulait. Les directions syndicales ont déjà eu droit à un premier contact officiel avec les différentes directions de services (16 en tout) lors d'une journée spéciale, pour permettre aux gestionnaires de présenter leur équipe et ce qu'elles font.

«Elles avaient 13 minutes pour nous présenter leur service et on ne pouvait pas poser de questions. Nous avons quand même interrogé les gestionnaires. On a rapidement constaté que plusieurs n'avaient pas vraiment connaissance de ce qui se passe sur le terrain dans des établissements où ils n'ont jamais travaillé.»

Martine Côté... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 3.0

Agrandir

Martine Côté

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Le syndicat de la Fédération... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 3.1

Agrandir

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

La présidente du syndicat qui a de fortes chances de devenir le groupe le plus influent et le plus nombreux après la fusion des accréditations tient à identifier une exception importante dans l'évaluation de la structure d'encadrement mise en place. Selon Martine Côté, la rencontre organisée par le nouveau CIUSSS a démontré que la grande patronne des soins infirmiers, Sylvie Massé, comprend très bien les enjeux de sa direction et sait de quoi elle parle quand elle traite de la qualité des soins et surtout de la nécessité de dispenser des soins sécuritaires à la clientèle.

«Vous pouvez écrire son nom. Elle a pris, dès sa nomination, certaines décisions qui rencontraient les objections que nous avions soulevées lorsque l'ancienne direction de l'hôpital de Chicoutimi avait posé des gestes qui n'avaient aucun sens. De ce côté, on constate qu'elle sait où elle va et c'est un bon signal.»

Les choses vont principalement se corser au chapitre de la gestion des équipes réparties dans différents sites, avec en prime des conventions collectives locales différentes les unes des autres. Les conventions collectives locales des infirmières de La Baie, Chicoutimi et Jonquière sont différentes et appliquées par trois syndicats différents (CSN, FIIQ, SISSNEQ). Le CIUSSS compte pas moins de 37 conventions collectives locales différentes.

Solution syndicale

«On a un cas particulier, en ce moment, où nous avons trouvé la solution pour l'employeur. Jusqu'à ce que les accréditations soient fusionnées, ce sont les syndicats qui devront orienter les gestionnaires pour trouver des solutions aux problèmes puisqu'ils ne peuvent pas connaître chacune des réalités dans les conventions collectives locales.»

Selon les dispositions de la loi 30, le processus de fusion des accréditations syndicales au sein des CIUSSS débutera lorsque 70% des effectifs de la fonction publique du secteur de la santé au Québec auront adopté les nouvelles conventions collectives nationales. Selon Martine Côté, l'échéancier nous amène tard à l'automne. Après cette fusion, qui sera réalisée au scrutin après une campagne de maraudage, les nouveaux syndicats (quatre à la grandeur du CIUSSS) disposeront d'un délai d'une année pour en arriver à la conclusion de conventions collectives locales.

«Ce n'est pas fini. On parle d'économies pour les 70 cadres, mais nous allons nous retrouver avec 16 directions qui vont se promener en permanence sur les routes. Les gens de Dolbeau-Mistassini ont raison d'être en colère, et à leur place, je serais aussi fâchée.»

Martine Côté ne voit pas comment le patient en sortira gagnant. Pendant encore des mois, on va refaire des structures dont certaines ont été mises en place quelques années seulement avant de tout défaire. Elle assure que certains établissements vont cesser de dispenser certains services. C'est ce qu'elle craint lorsqu'elle parle de l'éloignement des services de la population.

«Personne n'a dit que ce serait facile»

Martine Couture ... (Archives Le Quotidien) - image 5.0

Agrandir

Martine Couture

Archives Le Quotidien

La présidente-directrice générale du Centre intégré universitaire de santé et services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Martine Couture, considère que la transformation du réseau régional en un seul établissement, après neuf mois de travaux, respecte les échéanciers tout en maintenant les services réguliers aux différentes clientèles qui fréquentent les anciens établissements.

«Personne n'a dit que ce serait facile», a insisté Martine Couture, à quelques reprises. L'ampleur des transformations est considérable et est réalisée par étape dans un contexte de grand changement permanent. Elle réitère les objectifs fondamentaux de cette transformation imposée par le ministre Gaétan Barrette, soit l'accessibilité et de la continuité des services aux citoyens, et ce, de la naissance aux soins de fin de vie.

Le ministre, reprend Martine Couture, est catégorique sur ces objectifs d'accessibilité et de continuité. Mais pour atteindre ces objectifs, le réseau régional a été obligé de passer par l'étape de la réorganisation et de la gouvernance qui ont vu disparaître l'ancienne structure au profit des 16 nouvelles grandes cloisons composées de services administratifs et cliniques.

Martine Couture ne partage pas le point de vue émis par le syndicat de la FIQ de l'hôpital de Chicoutimi qui émet de sérieuses réserves sur la capacité des équipes de gestionnaires de maîtriser adéquatement leur nouveau milieu. Les déclarations de la présidente à ce sujet se veulent rassurantes.

«Chacun des directeurs est à l'aise et en mesure de composer avec la nature de son environnement. Nous en sommes maintenant à la mise en oeuvre clinique des changements et ça doit se faire dans le maintien des soins et des services.»

L'autre grande question soulevée par les organisations syndicales concerne les gains pour la clientèle. Martine Couture insiste, la loi 10 constitue l'un des éléments du train de mesures qui vont permettre d'en arriver à une fluidité des services sur une base régionale. D'autres grands projets comme le dossier santé informatisé pour les patients vont aussi contribuer à l'atteinte des grands objectifs. Ce sont les gains que la présidente du CIUSSS identifie et qui se réaliseront au rythme de la mise en place de chacun de grands projets.

Martine Couture affirme que depuis un certain nombre d'années, les établissements du Saguenay-Lac-Saint-Jean avaient adopté cette attitude de travailler sur une base régionale pour améliorer les corridors de service. Selon la présidente, le processus en cours donnera une structure qui répondra à cette vision d'un seul établissement pour la région avec une harmonisation des pratiques.

Coût économique

Martine Couture admet que la création de cet établissement régional a eu un coût économique pour la région. Il se solde par la disparition d'un peu plus de 70 emplois au niveau de l'encadrement. Il s'agissait d'un incontournable dans les circonstances. Le gouvernement, il faut le rappeler, compte sur des économies administratives dans ce nouveau système. Martine Couture rejette l'idée que ces emplois ont été sacrifiés sur l'autel de la centralisation du pouvoir décisionnel entre les mains du ministre et du ministère.

La présidente du CIUSSS a profité de l'entrevue qu'elle accordait au Quotidien pour souligner le travail réalisé par le personnel de tous les établissements pour le maintien de tous les services dans une période aussi intense de changement. Le CIUSSS en a encore pour au moins deux ans avant d'en arriver à des structures définitives avec toute la réorganisation des accréditations syndicales qui se soldera par la mise en place de conventions collectives locales semblables pour quatre grandes unités regroupant tous les travailleurs.

Le syndicat de la Fédération... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 6.0

Agrandir

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

73 postes de cadres coupés

La transformation administrative du réseau de la santé et des services sociaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean est pratiquement terminée. La haute direction du nouveau CIUSSS met la touche finale à la mise en place des 16 grandes directions régionales qui remplacent les établissements locaux.

Cette opération a débuté avec la mise en place de la loi 30 et la nomination de Martine Couture au poste de présidente-directrice générale. Elle se solde par la disparition de 73,25 postes de cadres pour le nouvel établissement régional par rapport à ceux en place avant l'entrée en vigueur de la loi.

Au moment de fournir ces chiffres au Quotidien, le responsable des communications du CIUSSS, Marc-Antoine Tremblay, a indiqué qu'il restait une quinzaine de postes à pourvoir dans la nouvelle structure. La structure des établissements régionaux, incluant l'Agence de la santé, comprenait 381,6 cadres qui dirigeaient les hôpitaux et le Centre jeunesse.

« Tous les cadres ont eu la possibilité de postuler sur de nouveaux emplois de gestionnaire. Personne n'a eu la possibilité d'obtenir un poste sans devoir passer par une procédure d'entrevue. Les cadres disposaient d'une période de protection de trois ans pour trouver un emploi dans le réseau et ce lien d'emploi prendra fin après cette période si la personne n'a pas réussi à obtenir un poste », explique le porte-parole.

Les cadres du réseau avaient aussi la possibilité de quitter définitivement avec une prime de séparation calculée en fonction du nombre d'années d'expérience. D'autres ont simplement décidé de prendre leur retraite.

L'organigramme prévoit la mise en place de 16 grandes directions sous la responsabilité de la haute direction du CIUSSS. Au lieu de fonctionner par établissement, le service de santé va se déployer par grand programme dans les différents sites de la région. L'hôpital de Chicoutimi conserve toutefois son rôle central avec les grandes spécialités.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer