Route 169: André Paradis reste sur sa faim

«Oui, le niveau d'entretien a été conservé. Mais... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

«Oui, le niveau d'entretien a été conservé. Mais on n'a eu aucune garantie pour l'avenir. Ça peut changer à tout moment», affirme le préfet André Paradis au sujet de l'entretien de la route 169.

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Si le préfet de la MRC Maria-Chapdelaine sort satisfait de sa rencontre avec le ministère des Transports du Québec (MTQ) concernant l'entretien de la route 169, son homologue de Lac-Saint-Jean-Est est quant à lui resté sur sa faim. Les fonctionnaires n'ont pas été en mesure de rassurer André Paradis sur la qualité du déneigement et du déglaçage de cette route.

En décembre dernier, rappelons-le, le MTQ avait décidé d'abaisser la cote d'entretien, notamment sur la route d'Hébertville et une portion de la 169, entre Saint-Henri-de-Taillon et Sainte-Monique. Après de vives critiques, le Ministère a finalement abandonné l'idée en conservant le même niveau d'entretien. Une rencontre entre les élus et les fonctionnaires s'est tenue lundi dernier pour faire le point à ce sujet.

« Oui, le niveau d'entretien a été conservé. Mais on n'a eu aucune garantie pour l'avenir. Ça peut changer à tout moment. Le comité de vigie (composé d'élus) continuera donc de surveiller l'entretien et à faire pression si c'est nécessaire», exprime André Paradis, rappelant que la décision d'abaisser la cote d'entretien avait été prise sans consulter le milieu.

Les représentants du MTQ ont également précisé aux élus qu'il y avait moins de déglaçage à certains endroits pour des questions environnementales. Une réponse qui n'a pas plu au préfet de la MRC Lac-Saint-Jean-Est.

« La sécurité doit primer. Ils sortent des raisons économiques et environnementales pour utiliser moins de sel. Mais pour nous, il est hors de question de sacrifier la sécurité des gens au nom de l'environnement ou de l'économie », insiste M. Paradis.

Le préfet de la MRC Maria-Chapdelaine, Jean-Pierre Boivin, avait quant à lui interpellé le MTQ pour que le niveau de déneigement soit le même partout sur son territoire. En effet, certains secteurs, dont les tronçons entre Normandin et Saint-Méthode et celui entre Sainte-Jeanne-d'Arc et Sainte-Monique, bénéficient d'un entretien moindre. Le Ministère a refusé de modifier la cote d'entretien pour ces secteurs. Il s'est toutefois engagé à analyser le trafic sur ces tronçons problématiques et s'est montré ouvert à bonifier le déglaçage.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer