Les questions de l'ERD dérangent

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

La décision de la chef de l'Équipe du renouveau démocratique, Josée Néron, de s'adresser au ministère des Affaires municipales, a été critiquée par le conseiller Marc Petttersen, lundi, lors de la séance publique du conseil municipal. Mme Néron a demandé que la façon dont la Société de gestion de la Zone portuaire a accordé des contrats de construction pour l'aménagement des Mille lieux de la colline soit vérifiée.

Marc Pettersen estime que Josée Néron aurait dû adresser ses critiques à l'occasion de la tenue des séances des conseils d'arrondissement. Il a déclaré que le surpassement de coûts du site était dû à des travaux de dynamitage supplémentaires pour la réfection des services d'aqueduc et des égouts.

Mme Néron a réitéré que le rapport publié par le ministère en 2013 était clair à l'effet que les contrats de construction d'organismes comme la Zone portuaire devaient faire l'objet de résolutions adoptées par le conseil municipal. «J'ai tenté d'obtenir les états financiers de la Zone portuaire. Deux millions de dollars ont été investis par le public et il n'y a pas de reddition de compte.»

Le maire Jean Tremblay a accusé Mme Néron de ne pas comprendre son rôle de conseillère, prétextant qu'il n'est pas du ressort d'un élu de s'immiscer dans le fonctionnement d'un organisme et de loger des demandes. Selon lui, il revient au Conseil du trésor et à ses membres de voir à la façon dont l'argent octroyé est dépensé. «Comme élu, j'ai le droit d'avoir accès aux documents. Il est de notre devoir de s'assurer que l'argent est bien dépensé», a conclut Mme Néron.

Bibliothèque d'Arvida

La rénovation de la bibliothèque d'Arvida coûtera plus cher que prévu. Le conseil a accepté de modifier le règlement d'emprunt pour l'acquisition et le réaménagement de l'immeuble pour l'augmenter à 5,2 M$ plutôt que les 3,8 M$ prévus au départ. Selon les explications fournies par le maire Tremblay, la Ville a décidé de modifier le projet afin d'occuper l'espace occupé dans le même immeuble par un commerce de sport, ce qui augmente l'espace à réaménager de 30%.

Mud track

Les amateurs de sport motorisé qui fréquentent le site de boue de Saint-Jean-Vianney seront heureux d'apprendre que la Ville souhaite procéder à l'aménagement de la première phase d'une piste de course sur terre battue munie d'estrades et d'un stationnement. Cette première phase serait d'une superficie d'environ 7,6 hectares.

Avant d'en arriver là, Saguenay a dû déposer une demande auprès de la Commission de protection du territoire agricole pour permettre l'aménagement de la piste isolée éloignée des fermes et résidences.

Jean-François Lalonde inhabile à se présenter

Élection municipale

(DV) - Ex-candidat à l'élection municipale de 2013 dans le district numéro 14, Jean-François Lalonde ne pourra se présenter candidat en 2017 puisqu'il a été déclaré inéligible par le Directeur général des élections du Québec (DGEQ).

Une missive a été expédiée à la trésorière de Saguenay, Christine Tremblay, le 6 juillet dernier. Selon les informations obtenues, la déclaration d'inadmissibilité aurait un lien avec la production du rapport de dépenses électorales déposé par le candidat à la suite de l'élection municipale de 2013. M. Lalonde avait fait la lutte à Josée Néron.

Même si la copie de la lettre provenant du DGEQ fait partie du rapport d'activités de la trésorière Christine Tremblay, déposé lundi au conseil municipal, il a été impossible d'en obtenir copie auprès du service des communications de Saguenay. Le porte-parole, Jeannot Allard, a mentionné que le document était de nature confidentielle.

Dans le rapport présenté, on apprend que M. Lalonde, agissant à titre d'agent officiel, a dépensé 4281 $, ce qui est en deçà du maximum permis de 4568 $. La conseillère élue Josée Néron a inscrit une dépense de 4272 $ tandis que le conseiller sortant, Denis Dahl, a indiqué 4384 $ au tableau.

Au bureau du DGEQ, la porte-parole Alexandra Reny n'était pas en mesure de fournir le document qui aurait permis d'en apprendre davantage sur les raisons de cette déclaration d'inégibilité en raison d'une mobilisation du personnel du DGEQ à l'Assemblée nationale.

Quant au principal intéressé, il n'a pas été possible de lui parler. Outre sa participation à l'élection municipale, M. Lalonde a agi à titre de président de l'Association libérale fédérale de Chicoutimi-Le Fjord et trésorier de la section Québec du parti.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer