Le ministre Paradis se montre plus ouvert à l'occupation du territoire

Le ministre Pierre Paradis... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le ministre Pierre Paradis

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le président régional de l'Union des producteurs agricoles (UPA), Yvon Simard, sort satisfait d'une rencontre avec le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, Pierre Paradis, qui était de passage dans la région dimanche.

Pierre Paradis était l'invité du député de Dubuc, Serge Simard, qui tenait un brunch de financement à Saint-Félix-d'Otis. Le ministre Paradis avait contacté Yvon Simard plus tôt pour l'aviser de son intérêt à rencontrer des producteurs laitiers lors de son passage au Saguenay.

Après le brunch, les élus ont visité la Ferme Pierre Girard Jersey, sur le chemin Saint-Joseph, à La Baie. La ferme dispose d'installations récentes et d'un robot de traite.

Enjeux

M. Simard, en compagnie de la présidente des jeunes producteurs, et du président du Syndicat des producteurs de lait de la région, Daniel Côté, en a profité pour discuter de certains enjeux avec le ministre. Le directeur général de la Fromagerie Boivin, et conseiller municipal, Luc Boivin a aussi assisté à la visite.

« Je voulais surtout revenir sur notre demande lors du Sommet économique pour un programme d'occupation du territoire, semblable au programme en Abitibi-Témiscamingue », explique Yvon Simard.

Le ministre avait alors rencontré les producteurs laitiers en marge du sommet, et avait indiqué qu'aucun programme de ce genre ne pouvait être créé en 2016 dans la région. « Maintenant il y a une ouverture, ajoute-t-il. Le ministre dit qu'il est en demande pour un tel programme, mais c'est le Conseil du Trésor qui s'en occupe. »

Le président régional de l'UPA accueille positivement ce changement. « Je suis plus confiant que je ne l'étais lors du sommet! » lance-t-il.

Transformation

Les producteurs en ont aussi profité pour sensibiliser le ministre sur l'importance de la transformation en région et sur la situation particulière des petites fromageries.

Le contrôle de l'importation des concentrés protéiques aux frontières américaines, la vente de la poudre de lactosérum, l'accaparement des terres agricoles par des intérêts étrangers, ainsi que la recherche et le développement pour les petits producteurs et petites entreprises ont été abordés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer