Barrage Jim-Gray: le pont rouvert à la circulation

Après plus de deux ans de fermeture, le... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Après plus de deux ans de fermeture, le pont du barrage Jim-Gray est rouvert à la circulation grâce à une subvention obtenue par le Club du lac Brochet.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Après plus de deux ans de fermeture, le pont du barrage Jim-Gray de Saint-David-de-Falardeau est à nouveau accessible. Devant l'impasse quant à déterminer qui devait réparer la structure, le Club du lac Brochet, appuyé par ceux des lacs Gamelin et Sébastien, a pris les choses en mains et effectué les démarches afin d'obtenir une subvention pour en assurer la réfection.

Le pont qui relie le réservoir Lamothe à la centrale hydro-électrique Jim-Gray a été restauré au coût de 125 000$. Une subvention du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs permet de défrayer 80% des coûts. Les 20% restants sont assumés par la municipalité via les taxes.

Les travaux ont été amorcés par Constructions DOMI de Dolbeau-Mistassini le 18 janvier. Le 22 janvier, la structure était en place. «Il ne manque que le garde de sécurité qui sera installé au printemps», signale Gilles Dufour, président du Club lac Brochet. «Une fois les travaux entrepris, tout a été très vite», souligne celui qui se réjouit de la situation.

Le litige opposant la municipalité de Saint-David-de-Falrdeau et Produits forestiers Résolu (PFR) quant à l'appartenance et la responsabilité du pont n'est toujours pas réglé, ce qui empêchait tout développement dans le dossier. Ni la municipalité ni l'entreprise n'acceptaient d'assumer les coûts de la réparation. PFR maintient que si elle a construit le pont, le chemin ne lui appartient pas.

Gilles Dufour, président du Club lac Brochet, Renée... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie) - image 2.0

Agrandir

Gilles Dufour, président du Club lac Brochet, Renée Fortin, secrétaire et Jean-Eudes Riverin, membre, sont heureux de pouvoir utiliser à nouveau le pont de la centrale Jim-Gray.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Le pont était fermé à toute circulation depuis le 11 septembre 2013. Des blocs de pierre avaient alors été installés à chaque extrémité de la structure. Certains résidants du secteur devaient depuis effectuer un détour de 12 à 15 kilomètres pour se rendre à leur résidence. Le détour semait l'inquiétude chez les résidents et villégiateurs qui craignaient pour leur sécurité en cas d'urgence.

«C'était une question de sécurité publique. Les secours devaient eux aussi faire le détour. De plus, avec les GPS, ils pouvaient se trouver devant le pont bloqué avant de faire demi-tour», affirme Renée Fortin, secrétaire du Club lac Brochet. «Si l'autre pont (celui du barrage Adam-Cunningham) avait été fermé pour une quelconque raison, les gens du lac Gamelin et une partie des résidents du lac Sébastien auraient été enclavés.»

Grâce à Serge Simard

Exaspérés par l'absence de développement dans le dossier, les citoyens ont effectué une sortie dans les pages du journal Le Quotidien en août dernier. Une lettre a également été transmise par huissier au député Serge Simard. Une semaine plus tard, une rencontre était organisée entre les membres du Club lac Brochet et le député de Dubuc.

«Serge Simard nous est revenu rapidement. Le maire de Falardeau s'est aussi entretenu avec lui», raconte Gilles Dufour. «Serge Simard nous a informés des subventions disponibles pour la réparation de pont forestier.»

La municipalité de Saint-David-de-Falardeau a épaulé l'association dans ses démarches. «La compagnie forestière n'est pas admissible à ce genre de subvention. Du côté de la municipalité, nous ne voulions pas entreprendre de démarches puisque le pont ne nous appartient pas. Le Club lac Brochet a su qu'il était admissible. Nous l'avons aidé dans ses démarches», affirme le maire de la municipalité, Serge Gauthier. «C'était la meilleure chose qui pouvait arriver dans le contexte du pont Jim-Gray», estime-t-il.

Déçus par Produits forestiers Résolu

Les membres du Club lac Brochet déplorent l'absence de contribution de Produits forestiers Résolu.

«Résolu n'a pas sorti un sou de sa poche. Finalement, c'est les citoyens qui vont payer via les taxes», estime Jean-Eudes Riverin, membre du Club lac Brochet.

«La conclusion démontre toutefois l'importance d'une association comme la nôtre. Ça donne de la force. Ce n'est pas une ou deux personnes qui auraient pu faire avancer les choses», affirme le président, Gilles Dufour.

Le porte-parole de Produits forestiers Résolu n'a pas rendu l'appel du Progrès-Dimanche samedi après-midi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer