Une baisse de 10% dans la région

La présidente régionale du Syndicat de la fonction... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

La présidente régionale du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec, Brigitte Claveau, croit que les effectifs de l'État continueront de fondre dans la région.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, selon le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), la diminution du nombre de fonctionnaires pourrait être de 10% depuis 2011 et totaliserait aujourd'hui 990 personnes.

Il s'agit des constats réalisés par la présidente régionale du SFPQ qui a procédé au relevé des effectifs au cours des cinq dernières années. Le syndicat regroupe les fonctionnaires et ouvriers qui oeuvrent au sein des ministères et compte pas moins de 35% de membres qui travaillent comme occasionnels à contrat, avec une majorité de femmes.

«On est loin de la perception populaire des fonctionnaires avec la sécurité d'emploi et tous les avantages», indique la présidente.

 Les grands enjeux de la fonction publique pour les prochaines années consistent à tenter de sauver les meubles dans un contexte de centralisation et de déshumanisation des services. Ces deux grandes orientations, selon la présidente, persistent dans tout le processus de réorganisation de la fonction publique.

Pas de contact humain

«Les citoyens ont de moins en moins accès à des personnes physiques pour recevoir des services. Dans plusieurs cas, ils entrent dans une salle et ont accès à un ordinateur et un téléphone. Il arrive qu'ils téléphonent à un fonctionnaire qui est dans le même immeuble ou un fonctionnaire ailleurs au Québec. C'est ce qu'on appelle la déshumanisation des services», explique Brigitte Claveau.

Le gouvernement a procédé à des fermetures définitives de services dans la région. Les bureaux du ministère de l'Éducation sont disparus. Le Conseil du statut de la femme a subi le même sort, suivi du Palais de justice de Jonquière en 2011. Québec a fermé le bureau de Roberval de l'ancien ministère des Ressources naturelles.

Centralisation des chefs de service

Le SFPQ n'a pas de statistique officielle, mais considère que l'érosion des effectifs va se poursuivre à un rythme soutenu dans les prochaines années.

Au cours des prochaines semaines, les mesures toucheront les bureaux régionaux de la CSST. La commission regroupera les services d'admissibilité à l'aide financière de cet organisme. La décision est déjà prise et ce service quittera la région.

D'autres emplois sont dans la balance puisque la CSST doit fusionner ses services avec les Normes du travail et l'Équité salariale. Ces regroupements, reprend la syndicaliste, ne se traduisent jamais par une croissance des effectifs.

La sous-traitance des services de l'État à d'autres types d'organisations (Carrefour jeunesse emploi) joue aussi sur le nombre de fonctionnaires. Dans certains secteurs, ce sont des organismes communautaires alors que dans d'autres, ce sont des entreprises privées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer