GDPL 2016: digne du Tour de France

Pierre Lavoie... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Pierre Lavoie

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les deux premières étapes du Grand défi Pierre Lavoie (GDPL) offriront un défi digne de certains cols du Tour de France. Les participants auront à gravir les deux imposantes montées du lac Ha! Ha! à Ferland-et-Boilleau.

Le président de l'épreuve de 1000 kilomètres de vélo, Pierre Lavoie, a dévoilé, mardi, quelques éléments de la huitième édition prévue du 16 au 19 juin.

Comme chaque année, le départ aura lieu du quai d'escale, à La Baie. La première portion amènera environ 400 cyclistes, les plus aguerris des quelque 200 formations, à parcourir une distance de 125 kilomètres jusqu'à Baie-Saint-Paul par le biais du petit parc (la route 381).

« Ce sera une étape hautement relevée. Les deux côtes du lac Ha! Ha! seront impressionnantes. Je m'attends à ce que 70 pour cent des cyclistes terminent cette portion en marchant à côté de leur vélo. Ce sera tout un défi. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle je dévoile rapidement ces deux premières étapes, afin de donner le temps aux cyclistes de se préparer adéquatement », explique M. Lavoie.

Selon les informations des revues de vélo, la... (Photo Le Quotidien, Pascal Girard) - image 2.0

Agrandir

Selon les informations des revues de vélo, la route 381 s'avère plus abrupte que la route 175 de la Réserve faunique des Laurentides. Certaines descentes vont atteindre 18 pour cent. Les plus importantes pentes de la 381 atteignent un pourcentage plus élevé que celles de la 175, qui ne s'approchent que rarement des dix pour cent.

Photo Le Quotidien, Pascal Girard

Cette montée à Ferland-et-Boilleau présente un dénivelé de plus de 13 pour cent (source du MTQ) sur une distance de 500 mètres.

Si, en temps normal, les encadreurs peuvent donner un coup de main à ceux qui ont un peu plus de difficulté, ils ne pourront le faire pour cette première montée. Chacun aura à s'aider lui-même pour arriver au sommet de la montée.

Repos mérité

Une fois arrivé au haut de la côte, un poste de ravitaillement sera installé, le temps de permettre aux cyclistes de reprendre leur souffle.

« C'est du jamais vu. Les gens de Charlevoix disaient que nous n'irions jamais chez eux en raison des côtes. On peut leur dire que nous y serons cette année. Comme nous le faisons à chaque édition, nous allons bien encadrer nos participants », poursuit l'instigateur du GDPL.

« J'aurais bien voulu passer par mon village natal, L'Anse-Saint-Jean, mais ça nous mettrait trop tard à Québec. Ce n'est que partie remise », dit-il

Selon les informations des revues de vélo, la route 381 s'avère plus abrupte que la route 175 de la Réserve faunique des Laurentides. Certaines descentes vont atteindre 18 pour cent. Les plus importantes pentes de la 381 atteignent un pourcentage plus élevé que celles de la 175, qui ne s'approchent que rarement des dix pour cent.

Jusqu'à 900 mètres

Les sommets de la 381 s'élèvent à 900 mètres lors de la traverse du parc national des Grands-Jardins.

Lorsque les cyclistes atteindront Baie-Saint-Paul, une période de repos est prévue. Par la suite, la deuxième étape, d'une distance de 75 kilomètres, permettra de joindre Beaupré. Là encore, les participants auront à surmonter quelques pentes abruptes.

« Au total, ce sera 2300 mètres d'ascension pour les deux premières étapes. Il y aura deux montées de 740 mètres à faire. Le défi est intéressant », ajoute Pierre Lavoie.

Ce dernier ne dévoile pas pour le moment le détail des autres étapes de la huitième édition. Il précise que plusieurs nouvelles municipalités seront visitées et que certaines préparent une réception.

« Cette année, nous retournons au Stade olympique pour la finale du GDPL », conclut Pierre Lavoie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer