L'offre d'achat du Camping Belley rejetée

Le camping Belley, à Saint-Henri-de-Taillon... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le camping Belley, à Saint-Henri-de-Taillon

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Le camping Belley est toujours à vendre. Les propriétaires du site ont refusé l'offre d'achat de la municipalité de Saint-Henri-de-Taillon, déposée en décembre dernier. Les élus ont offert le prix de vente fixé par la famille Belley, soit 2 850 000 $. Mais la transaction a échoué, car les propriétaires voulaient en plus que la municipalité éponge une dette d'un demi-million $, faisant ainsi grimper la facture à près de 3,4 millions $.

À l'issue d'une rencontre tenue hier soir, les élus de Saint-Henri-de-Taillon ont décidé de ne pas déposer une nouvelle offre et de laisser tomber le projet.

« On est très déçu, car on a mis beaucoup d'efforts. On était au début de la transaction, mais on avait réalisé plusieurs démarches. D'ailleurs, on était déjà en contact avec Desjardins qui voulait nous accompagner dans le projet. Mais on est très satisfait de notre démarche et on ne commencera pas à trouver une personne à blâmer là dedans. On a reçu le refus des propriétaires lundi matin et on leur a répondu qu'on respectait leur décision. Dans notre cas, on n'ira pas plus loin en faisant une meilleure offre », confirme le maire de Saint-Henri-de-Taillon, André Paradis.

Confusion

La confusion dans le prix de vente serait due au fait qu'au départ, les deux parties parlaient d'une vente d'actifs. Les propriétaires tenaient toutefois à vendre les actions, créant ainsi un écart entre le prix vendant et le prix à payer, en raison notamment des dettes.

L'échec de la transaction ne compromettra pas la saison 2016. Le site sera ouvert avec les anciens ou nouveaux propriétaires. La famille Belley a d'ailleurs reçu plusieurs offres depuis l'annonce de la mise en vente du site en novembre dernier.

« On a eu plusieurs offres. On s'était engagé avec la municipalité, donc on n'était pas allé plus loin avec les potentiels acheteurs. Mais au final, le prix de la municipalité ne nous convient pas. Maintenant que nous ne sommes plus liés, on sera plus ouverts aux offres », exprime Martin Belley, principal actionnaire du site.

Le camping a ouvert ses portes en 1969, sur le bord du lac Saint-Jean. Le site dispose de 321 emplacements, mais il y a possibilité d'agrandissement. Une centaine de personnes figurent sur la liste d'attente des saisonniers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer