Une résidence pour personnes handicapées en moins

Cette résidence pour les personnes handicapées et ayant... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Cette résidence pour les personnes handicapées et ayant des troubles graves de comportement va fermer.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Une résidence de Roberval pour les personnes ayant une déficience physique combiné à des troubles graves de comportement va fermer le 20 février.

Comme cette «ressource résidentielle à assistance continue» serait sous-utilisée, la direction du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) a décidé de la fermer. Ce qui va générer des économies de 600 000$ par année. «C'est une décision qui se base sur une analyse clinique et administrative. Il y avait trois résidants dans cette résidence qui compte six places et leur condition n'était pas adaptée pour le genre de ressources. De plus, les demandes pour ce type de service étaient très limitées à Roberval. Nous en avons eu deux depuis 2012», a expliqué le responsable des communications du CIUSSS, Jean-François Saint-Gelais.

Les trois résidants seront relocalisés; un dans un centre d'hébergement de Domaine-du-Roy et les deux autres dans une ressource mieux adaptée à leur condition à Saint-Charles de Bourget.

Cette décision aura des répercussions sur les 21 employés.

«C'est un peu à l'image de ce qui s'est passé pour le foyer de groupe à Roberval. On ferme le robinet d'admission et on dit qu'il n'y a plus de clientèle. Ce sont encore des effets de la rationalisation et de la centralisation», a déploré le vice-président régional de la FSSS-CSN, Gaston Langevin.

Les employés pourront faire de la suppression de poste selon leur ancienneté. «Au net, ce sont 21 emplois qui sont perdus dans le secteur de Roberval. Nous allons mobiliser le monde des affaires et le politique à la suite de cette décision», a-t-il affirmé.

Pour sa part, la direction du CIUSSS indique que cette décision a été mûrement réfléchie et que ça n'a rien à voir avec de la centralisation. «Notre but est d'offrir une qualité de vie optimale aux résidants afin qu'ils reçoivent les bons services selon leur condition», a assuré Jean-François Saint-Gelais.

La résidence de Roberval compte six places. Il y en a une à Jonquière dont cinq des six places sont comblées. «Si l'inverse s'était produit et que c'était à Jonquière qu'il y avait moins de demandes, et bien c'est la résidence de Jonquière qui aurait été fermée», a-t-il déclaré.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer