La productivité monte, les emplois ne suivent pas

Les régions périphériques du Québec sont victimes de leur productivité. Alors... (Archives Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Archives Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Les régions périphériques du Québec sont victimes de leur productivité. Alors que leur participation au produit intérieur brut (PIB) québécois se maintient et que leur production est en croissance, l'emploi, lui, peine à augmenter. C'est notamment le cas du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le gouvernement provincial a récemment publié un portrait socio-économique des régions québécoises, abordant différents thèmes, tels que la productivité, l'emploi, la démographie et le taux de chômage. Le portrait s'attarde aux années 2004 à 2014.

Afin d'y voir un peu plus clair, Le Quotidien a demandé à l'économiste Marc-Urbain Proulx de jeter un oeil au document de 118 pages. Selon lui, les données publiées confirment que les régions périphériques participent grandement au PIB du Québec, mais qu'elles sont en quelque sorte victimes de leur productivité, puisque l'emploi continue d'être en décroissance.

Selon l'économiste Marc-Urbain Proulx, la région est victime... (Archives Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque) - image 2.0

Agrandir

Selon l'économiste Marc-Urbain Proulx, la région est victime de sa productivité, puisque l'emploi n'augmente pas au même rythme que le PIB.

Archives Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque

La participation du Saguenay-Lac-Saint-Jean au PIB de la province se chiffre à 3,2%. En milliards de dollars, la production régionale a augmenté de 2,1% en cinq ans. D'un autre côté, l'emploi a connu une légère progression de 0,4%. La région est d'ailleurs l'une de celles où l'emploi a progressé le moins rapidement en 10 ans.

«3,2% comme participation au PIB du Québec, ce n'est pas énorme, mais néanmoins respectable puisque similaire à l'Estrie, l'Outaouais, Lanaudière, et davantage que la Mauricie, le Bas-Saint-Laurent, l'Abitibi-Témiscamingue et la Côte-Nord. De plus, au cours des dernières décennies (jusqu'en 2007), nous avons accru considérablement notre production de bois, d'aluminium et de produits agricoles», a expliqué le professeur en économie à l'Université du Québec à Chicoutimi, Marc-Urbain Proulx.

Les régions écopent

«En regardant bien les données, on s'aperçoit qu'encore, les régions périphériques écopent. En participant de plein fouet au PIB québécois, l'emploi devrait suivre également, mais ce n'est pas le cas. La raison est fort simple: l'automatisation. Prenez le secteur minier, par exemple. Il s'agit d'un secteur en croissance depuis 2002, mais plusieurs des emplois qui y étaient rattachés sont aujourd'hui automatisés. Nous avons connu cette même situation lors de l'automatisation des équipements en agriculture, il y a de ça plusieurs années. La région produit, mais elle n'en profite pas lorsqu'il est question de la création d'emplois», a expliqué Marc-Urbain Proulx.

Selon l'économiste, les données publiées dans ce portrait socio-économique peuvent être vues de deux façons différentes.

«Si on regarde simplement le PIB et la productivité, on peut dire que ça va bien au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Mais si on regarde l'emploi, on va dire que ça va mal. C'est assez paradoxal», a indiqué l'économiste.

Notons que 7,9% des emplois du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont spécialisés en transformation des ressources naturelles, notamment la forêt et les mines.

Toujours victime de l'exode des jeunes

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean est l'une des régions du Québec ayant perdu le plus grand nombre de jeunes âgés de 15 à 29 ans, au profit d'une autre région.

Entre 2013 et 2014, 541 jeunes ont quitté la région pour une autre. La majorité des régions ont vu leurs jeunes quitter, mais c'est le Saguenay-Lac-Saint-Jean, Laval et la Montérégie qui ont connu une plus forte baisse. Sans grande surprise, c'est Montréal et la Capitale-Nationale qui ont fait des gains de ce côté.

«Ce n'est pas surprenant. À vrai dire, la région a toujours vu ses jeunes déménager et se diriger vers les grands centres. La différence, c'est qu'il y avait beaucoup plus d'enfants dans les familles auparavant. S'il en partait un, il en restait quand même! Ce n'est plus le cas aujourd'hui», a affirmé l'économiste Marc-Urbain Proulx.

À l'inverse, la région a gagné 94 enfants âgés de 0 à 14 ans provenant d'une autre région québécoise entre 2013 et 2014 et 147 personnes âgées de 30 à 64 ans. Trente-trois personnes âgées de 65 ans et plus ont élu domicile ailleurs au Québec.

Par ailleurs, en 2014, les régions de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (47,3), du Bas-Saint-Laurent (59,3), de la Mauricie (68,7) et du Saguenay-Lac-Saint-Jean (69,7) affichaient les indices de remplacement les plus faibles parmi les régions du Québec. L'exode des jeunes au cours des dernières années et le vieillissement de la population expliquent ces résultats. L'indice de remplacement mesure le renouvellement des personnes qui s'approchent de l'âge de la retraite (55 à 64 ans) par celles qui intègrent le marché du travail (20 à 29 ans).

Vieillissement de la population

De 2004 à 2014, la proportion de personnes de 65 ans et plus au Québec est passée de 13,4% à 17,1%, principalement au détriment de celle des 0 à 14 ans qui est passée de 17,0% à 15,4%. Une fécondité en deçà du seuil de remplacement des générations ainsi qu'une plus grande longévité expliquent ce phénomène. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, le pourcentage des personnes âgées de 65 ans et plus est passé de 13,7% à 19,3% au cours des 10 dernières années.

Chez les enfants de 0 à 14 ans, la région a connu une baisse de 2,1%.

Chômage

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean est encore l'une des régions où le taux de chômage est le plus élevé. Avec un taux de 9,9%, la région arrive en toute fin de peloton, juste devant la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (16,4%). À l'inverse, le taux de chômage, à l'échelle provinciale, a diminué au cours des dernières années. Il est passé de 8,5% à 7,7%.

Étude

Bonne nouvelle, le taux de scolarité (tous niveaux confondus) a augmenté de 8,2% dans la région, au cours des 10 dernières années. Il est passé de 81,2% en 2004 à 89,4% en 2014. Sur le nombre total, 59,4% des Saguenéens et des Jeannois ont un diplôme d'études postsecondaires (professionnelles et collégiales), 15,3% possèdent uniquement un diplôme d'études secondaires et 14,6% ont décroché un diplôme universitaire.

Revenu des ménages

Le revenu primaire des ménages par habitant a augmenté de 4,6% en cinq ans, au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il est passé de 23 345$ en 2008 à 27 075 en 2013. À titre comparatif, en Abitibi-Témiscamingue et sur la Côte-Nord, le revenu primaire a augmenté de plus de 11% en cinq ans.

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean en chiffres

  • 277 786 habitants
  • 3,4% du poids démographique québécois
  • 95 762 km2 de superficie
  • 2,9 habitants par km2
  • 3,2% du PIB québécois

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer