Un premier candidat dans Chicoutimi

Le député de Québec solidaire dans Mercier, Amir... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le député de Québec solidaire dans Mercier, Amir Khadir, a assisté à l'élection de Pierre Dostie comme candidat dans Chicoutimi.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Girard
Le Quotidien

L'élection dans Chicoutimi n'est pas annoncée encore, mais la circonscription compte son premier candidat avec Pierre Dostie de Québec solidaire.

L'ancien directeur des services en santé mentale au CSSS de Jonquière a été élu sans opposition mercredi soir lors d'une assemblée d'investiture tenue à la marina de Chicoutimi en compagnie du député de Mercier, Amir Khadir.

Ce fut l'occasion d'avoir un avant-goût de la campagne, alors que Québec solidaire (QS) se présente, selon les dires de MM. Khadir et Dostie, comme le seul parti de gauche au Québec.

«Le Québec des riches a pris le contrôle de l'appareil politique en place. Les trois vieux partis sont dominés par l'élite du 1%. Le Parti québécois est dirigé par un milliardaire, Pierre Karl Péladeau, et la CAQ par un millionnaire, François Legault. Et le Parti libéral est dirigé par les Couillard, Barrette et autres», a lancé à la trentaine de membres présents Amir Khadir, le premier député de QS élu en 2008.

L'élection dans Chicoutimi n'est pas annoncée... (Infographie Le Quotidien) - image 2.0

Agrandir

Infographie Le Quotidien

En entrevue après l'assemblée, Amir Khadir a reconnu que son parti divisait le vote souverainiste, mais non pas celui progressiste. Selon Pierre Dostie, il est faux de prétendre que son parti gruge dans les appuis du PQ. «Il y a parmi nos électeurs des gens qui ne viendraient tout simplement pas voter autrement», a-t-il analysé. «Le PQ est capable de perdre sans nous», a rajouté en boutade le député et médecin.

De façon assez intéressante, c'est la question autochtone qui a été la plus abordée lors de la période de questions. Des membres se sont sentis interpellés lorsque MM. Khadir et Dostie ont affirmé qu'ils reconnaîtraient le droit à l'autodétermination des Premières Nations. «Dans un Québec souverain, on parlerait de souveraineté partagée, mais pas de sécession», a précisé en réponse Pierre Dostie.

Historiquement, QS a misé sur les jeunes pour garnir ses rangs. Toutefois, peu de jeunes étaient présents mercredi. La situation a légèrement déçu le député de Mercier qui a ciblé la date de la réunion, en début de session, et l'engagement différent de la nouvelle génération.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer