Le caucus péquiste panse les blessures dans Chicoutimi

Le chef du Parti québécois (PQ), Pierre Karl... (Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le chef du Parti québécois (PQ), Pierre Karl Péladeau.

Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le caucus des députés du Parti québécois a débuté ce matin à Jonquière dans la tourmente causée par la crise au cabinet du chef Pierre Karl Péladeau et avec en trame de fond une bataille qui s'annonce difficile dans le comté voisin de Chicoutimi laissé vacant par le départ de Stéphane Bédard.

Comme c'est la tradition, les députés étaient attendus à l'entrée de la salle principale par les journalistes. Ils ont eu à répondre aux sujets chauds de l'heure pour le parti et François Gendron n'a pas nié que celui-ci allait devoir se battre pour remporter le comté qui n'a pas élu un député libéral depuis 1935.

Sa collègue Agnès Maltais a été plus mitigée quant à l'ampleur du défi que représente l'élection partielle dans Chicoutimi que le premier ministre devra déclencher d'ici la fin avril. Selon la députée de Taschereau, rien ne démontre que le comté est en danger et elle ajoute que les citoyens rencontrés depuis son arrivée dans la région lui parlent surtout de l'incapacité du gouvernement actuel de relancer une économie en chute libre.

L'ex-député péquiste de Jonquière, Francis Dufour, avait été invité à prononcer un mot d'accueil pour les membres du caucus péquiste. À la sortie de la salle, Francis Dufour s'est dit rassuré par l'engagement du clan Bédard dans Chicoutimi envers le parti.

« C'est normal qu'une personne subisse un choc quand elle vit ce genre de situation en politique. Mais la cause dépasse les intérêts personnels », a indiqué au Quotidien Francis Dufour.

Depuis les événements, Francis Dufour a eu l'occasion de discuter avec Marc-André Bédard. Il n'a pas voulu faire état de l'entretien, mais considère que les « choses se replacent » et que le parti sera en mesure de faire une solide campagne électorale.

Malgré son départ de la politique active depuis maintenant 30 ans, l'ex-ministre de la Justice est toujours un rouage important pour l'organisation dans Chicoutimi. Il a participé activement à toutes les campagnes depuis sa retraite politique en 1984.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer