Blackburn n'ira pas en Haïti

Des tensions en Haïti empêcheront l'ex-ministre Jean-Pierre Blackburn... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Des tensions en Haïti empêcheront l'ex-ministre Jean-Pierre Blackburn de s'y rendre à titre d'observateur électoral.

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À quelques heures de son départ pour Haïti, Jean-Pierre Blackburn a dû tout annuler, en raison des tensions en marge du deuxième tour des élections présidentielles de dimanche. L'ancien ministre fédéral devait se rendre dans le pays des Antilles comme observateur électoral à titre de bénévole du Parlamericas (Parlementaire des Amériques).

L'ancien ambassadeur du Canada à l'UNESCO s'était d'ailleurs rendu en Haïti pour occuper les mêmes fonctions lors du premier tour en octobre. Depuis quelques jours, des violences ont éclaté dans la capitale de Port-au-Prince. Jean-Pierre Blackburn a lui-même communiqué avec Le Quotidien après avoir reçu l'information. Dans l'édition de mardi, il expliquait que la sécurité des observateurs était une grande priorité et qu'en cas de danger, ils avaient l'obligation de se retirer.

Lundi, des milliers de résidants des quartiers pauvres de Port-au-Prince ont convergé en masse pour réclamer la tenue d'un nouveau scrutin ou du moins un report, à la suite d'allégations d'irrégularités au premier tour. Des rues ont été bloquées alors que des voitures, et même une station-service, ont été incendiées. Le candidat de l'opposition, Jude Célestin, a quant à lui menacé de se retirer de ce second tour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer