TVA: Le syndicat craint des pertes d'emplois

Des investissements majeurs dans les stations régionales de TVA inquiètent les... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des investissements majeurs dans les stations régionales de TVA inquiètent les employés du réseau, à Saguenay. La production des bulletins de nouvelles pourrait être transférée à Québec ou à Montréal, entraînant vraisemblablement des pertes d'emplois.

En début de semaine, l'employeur a rencontré les syndiqués pour une «bonne nouvelle»: le passage à la technologie HD et la modernisation des équipements en région à coups de plusieurs millions de dollars, vers la fin de 2017. Toutefois, la production, notamment le travail invisible pour le spectateur comme la mise en ondes, l'aiguillage et la réalisation, serait centralisée. Les journalistes et les caméramans opéreront toujours sur le terrain.

«Jusqu'à maintenant, on a très peu d'informations, mais c'est sûr qu'il y a beaucoup d'inquiétude chez nos membres. Ils se demandent s'ils auront encore du travail ici», indique la présidente du Syndicat des employés de CJPM-TV Kate Tremblay. Affiliée à la CSN, l'organisation regroupe une quarantaine de syndiqués. Même si peu seront touchés, la perte d'emplois éventuelle demeure de trop, selon elle, dans un contexte où les médias ont la vie dure. «On ne sait pas s'il y aura des coupes, mais le contraire serait surprenant.»

La station de Trois-Rivières sera la première touchée, dans une sorte de projet-pilote. En ce moment, impossible de dire quels moyens techniques seront utilisés, par exemple des caméras robotisées opérées à distance durant le tournage du bulletin de nouvelles.

«On est satisfait que l'image à l'écran soit améliorée grâce au HD, les téléspectateurs nous en parlaient beaucoup, poursuit Kate Tremblay. Ce n'est cependant pas très gagnant si ça se fait au détriment des emplois. L'investissement devrait démontrer l'importance accordée aux régions, mais on a l'impression d'encore payer pour Montréal, surtout qu'on vit un régime minceur avec moins de ressources le soir et la fin de semaine.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer